Raphaël Guerreiro et la nouvelle gauche portugaise.

le
0
Raphaël Guerreiro et la nouvelle gauche portugaise.
Raphaël Guerreiro et la nouvelle gauche portugaise.

Un but contre l'Argentine à Manchester, un autre samedi face à Lens en Ligue 1, Raphaël Guerreiro a vécu la semaine dernière sur un nuage. À bientôt 21 ans, le Lorientais est en train de se faire un nom au Portugal où même Cristiano Ronaldo l'a pris sous son aile.La gauche portugaise vit ces derniers jours une crise sans précédent. Vendredi, l'ancien Premier ministre socialiste, José Sócrates, était arrêté dans le cadre d'une enquête pour fraude fiscale. La gauche de la Selecção, elle, se porte beaucoup mieux depuis qu'elle a trouvé sa nouvelle étoile montante. Une étoile venue du Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis. D'Old Trafford au Moustoir, Raphaël Guerreiro a traversé la semaine dernière comme dans un rêve éveillé. Tout juste descendu de son nuage après sa tête victorieuse contre l'Argentine mardi, le latéral gauche lorientais a récidivé samedi contre Lens et offert la victoire aux Merlus de son pied gauche cette fois. Les journaux portugais n'ont pas manqué de souligner la performance d'un garçon dont ils ignoraient encore l'existence un an plus tôt. "Personne ne connaît Lorient au Portugal, on se posait forcément des questions sur lui, resitue Nuno Raposo, journaliste pour A Bola. Mais Guerreiro avait déjà montré avec les espoirs portugais qu'il avait des qualités. Le voir débuter avec les A contre l'Arménie a quand même été une surprise. "


Fábio Coentrão blessé, le sélectionneur Fernando Santos a donné sa chance au "Français". Et ce dernier n'a pas manqué de la saisir. "Sur ce qu'il a montré, je pense qu'il est déjà la principale alternative derrière Coentrão à gauche. En deux sélections, il est passé devant des joueurs contre Antunes ou Eliseu", assure Raposo. Guerreiro réalise, lui, à peine ce qui lui arrive. "Il y a deux ans, quand j'étais à Caen en Ligue 2, c'était inimaginable de vivre ça. Vendredi, j'ai vécu ma première sélection au stade de l'Algarve, à Faro. Un stade devant lequel je passais...


La gauche portugaise vit ces derniers jours une crise sans précédent. Vendredi, l'ancien Premier ministre socialiste, José Sócrates, était arrêté dans le cadre d'une enquête pour fraude fiscale. La gauche de la Selecção, elle, se porte beaucoup mieux depuis qu'elle a trouvé sa nouvelle étoile montante. Une étoile venue du Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis. D'Old Trafford au Moustoir, Raphaël Guerreiro a traversé la semaine dernière comme dans un rêve éveillé. Tout juste descendu de son nuage après sa tête victorieuse contre l'Argentine mardi, le latéral gauche lorientais a récidivé samedi contre Lens et offert la victoire aux Merlus de son pied gauche cette fois. Les journaux portugais n'ont pas manqué de souligner la performance d'un garçon dont ils ignoraient encore l'existence un an plus tôt. "Personne ne connaît Lorient au Portugal, on se posait forcément des questions sur lui, resitue Nuno Raposo, journaliste pour A Bola. Mais Guerreiro avait déjà montré avec les espoirs portugais qu'il avait des qualités. Le voir débuter avec les A contre l'Arménie a quand même été une surprise. "


Fábio Coentrão blessé, le sélectionneur Fernando Santos a donné sa chance au "Français". Et ce dernier n'a pas manqué de la saisir. "Sur ce qu'il a montré, je pense qu'il est déjà la principale alternative derrière Coentrão à gauche. En deux sélections, il est passé devant des joueurs contre Antunes ou Eliseu", assure Raposo. Guerreiro réalise, lui, à peine ce qui lui arrive. "Il y a deux ans, quand j'étais à Caen en Ligue 2, c'était inimaginable de vivre ça. Vendredi, j'ai vécu ma première sélection au stade de l'Algarve, à Faro. Un stade devant lequel je passais...


...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant