Raphaël Gallardo (Axa IM) : « Une réaction forte de la BCE est nécessaire pour rompre le cercle vicieux »

le
26
En cas d'aggravation de la crise, seule la BCE a les moyens d'enrayer la contagion dans une zone euro qui va entrer en récession au quatrième trimestre explique Raphaël Gallardo, responsable de la recherche économique chez Axa IM.

La crise s'intensifie dans la zone euro. Sommes-nous au bord du gouffre au cas où la BCE refuserait d'intervenir massivement pour soutenir les pays les plus fragiles ?

Raphaël Gallardo : La situation s'est très fortement dégradée avec l'extension de la crise à la France. L'envolée des spreads des pays européens donne le sentiment que les investisseurs cèdent à la panique et se débarrassent de leur exposition aux dettes européennes à l'exception du Bund allemand. Nous sommes en présence d'une crise de liquidité qui peut mener à une contagion catastrophique. L'entrée en récession des économies va fragiliser les banques et dégrader la situation budgétaire des Etats. Ces derniers vont devoir accélérer les programmes d'austérité, ce qui nous mène dans un cercle vicieux très dangereux...

Que peuvent encore les dirigeants européens pour éteindre l'incendie ?

R.G : Une réaction forte de la BCE est nécessaire pour rompre le cercle vicieux même si l'Espagne et l'Italie peuvent encore se refinancer et ne sont pas dans la situation de la Grèce. Mais le temps presse et le seul acteur qui a les capacités d'agir vite est la BCE. L'intransigeance allemande a de quoi surprendre dans la mesure où Merkel a déjà obtenu beaucoup avec le départ des gouvernements grec, italien et espagnol...

La BCE n'est pas totalement inactive. Depuis le début de la crise, elle a déjà racheté pour près de 200 milliards d'euros de dettes européennes...

R.G : Au lieu d'intervenir en secret sur les marchés, il faut que la BCE applique la stratégie du « bazooka », et non pas qu'elle se place en tireur embusqué intervenant de façon sporadique. Cela ne sert pas à grand-chose. Si la contagion atteint un nouveau degré d'intensité, les outils actuels ne nous permettent pas d'y faire face.

Quelle est votre scénario macroéconomique pour la zone euro d'ici la fin de l'année et en 2012 ?

R.G : Nous prévoyons une croissance nulle l'an prochain mais le dernier trimestre 2011 et les deux premiers trimestres 2012 seront négatifs. Beaucoup d'incertitudes demeurent pour évaluer la nature de la reprise au deuxième semestre 2012. Nous sommes en revanche convaincus de l'entrée en récession de l'économie européenne au quatrième trimestre 2011.

L'atonie de la croissance en zone euro peut-elle entraîner le reste du monde dans la récession ?

R.G : Au niveau mondial, le ralentissement sera limité. La croissance chinoise restera forte (Estimations Axa IM : +8,7% en 2012 vs. + 9,3% en 2011). Les autorités conservent assez de marges de manoeuvre pour faire de la relance budgétaire et bancaire et atténuer les effets de la récession européenne. Si notre indicateur avancé du commerce mondial signale une stagnation en fin d'année, la demande des pays émergents reste dynamique.

On évoque beaucoup le marasme de la zone euro mais les Etats-Unis cumulent une dette considérable (15.000 milliards de dollars). Quelles sont vos prévisions pour la première économie mondiale l'an prochain ?

R.G : La croissance américaine reste forte mais très vulnérable. La confiance des ménages et des PME est déprimée, le niveau de chômage ne va pas baisser de façon significative. L'éclatement de la bulle immobilière a créé du chômage dans la construction et le secteur financier. Les banques sont soumises à la contagion européenne et devraient resserrer en 2012 leurs conditions de crédit, ce qui affectera la demande. Dans ces conditions, le rebond de l'activité au T3 2011 constitue une surprise.

Quelle est l'allocation d'actifs retenue par Axa IM ?

R.G : Au vu des circonstances, nous gardons une allocation très défensive. Nous sommes sous-pondérés sur les actions et restons surpondérés sur les obligations d'Etat de très bonne qualité (Bund etc.).

Propos recueillis par Julien Gautier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JABUTI le lundi 28 nov 2011 à 16:00

    Finalement pourquoi la gauche a refusé la regle d´or qui limite les depenses. Un jour ou l´autre il faut que le couperet tombe et la tete de Flamby qui ressemble a LOUIS XVI va tomber. Ce serai appreciable si Monsieur Sarkozy implente ce projet le plus vite posssible.

  • JABUTI le lundi 28 nov 2011 à 15:55

    Au moyen age les gens ne votaient pas mais les seigneurs et roi ne depensaient pas plus qu´ils avaient dans les fouilles.

  • JABUTI le lundi 28 nov 2011 à 15:51

    La royauté est lá seulement la diference est qu´ils n´ont plus besoin d´envoyer les collecteurs d´impôts dans les comunautés. Ils endossent des cheques qui n´ont pas de fonds. Et pour couvrir les cheques ils font des emprunts. Finalement au temp du moyen age les seigneurs ne pouvaient seulement depenser la quantité d´argent qu´ils soudoyaient.

  • JABUTI le lundi 28 nov 2011 à 15:51

    les gens qui sont liés aux banques ont peur de ne pas recevoir tout l´argent qu´ils ont si genereusement preter aux gouvernement .

  • JABUTI le lundi 28 nov 2011 à 15:43

    Il veut couler la BCE.L´Allemagne a raison, Il faut changer les regles ,les taux ne peuvent pas etre les memes pour tous les pays. La Grece, Portugal.. etc ne sont pas credible.Ils faut etre plus dure que les agences de classification.Il ne faut pas oublier qu´il y a des veritables mafieux a la tete des gouvernement.Ils sont elus democratiquement et croivent que tout est permi + 500,000.000.000,00 de dettes.

  • M4154134 le jeudi 24 nov 2011 à 10:34

    pour le reste, à voir sur rdv

  • M4154134 le jeudi 24 nov 2011 à 10:33

    qui c'est le type : chez AXA ils doivent les choisir pour leur belle petite frimousse et peut être pour le reste...hum (qui fait le casting?) mais certianement pas pour leur cerveau...(il dit que des banalités!)

  • mibru le jeudi 24 nov 2011 à 10:21

    xela78:que les millionnaires donnent cet argent n'arrangera rien!Car la FRANCE continuera à jeter l'argent par les fenêtres en social sans produire et vendre pour remplir les caisses: puisque les français ne veulent pas travailler! Tant qu'on ne produira plus, rien ne changera!Nous les petites entreprises, on nous pompe notre argent tant et plus depuis 30 ans et: RIEN ne change. Aussi, le CRDS(contribution à la dette sociale, mis en place par les socialos): ça n'a jamais rien solutionné!

  • xela78 le jeudi 24 nov 2011 à 08:09

    Il y a 2 millions de millionnaires en FRANCE chacun donne 10.000 euros soit 20 MILLIARDS d'euros et roulé tout est OK

  • JABUTI le mercredi 23 nov 2011 à 19:44

    Les pirates veulent les stock d´or.laissons les couler. Point final