Raoult : "Ne désacralisons pas le bac !"

le
0
Début des épreuves du baccalauréat 2012 par l'épreuve de philosophie au lycée Poincaré, à Nancy.
Début des épreuves du baccalauréat 2012 par l'épreuve de philosophie au lycée Poincaré, à Nancy.

Le Point.fr : Quels souvenirs gardez-vous de votre baccalauréat ?

Didier Raoult : Les dieux étaient avec moi ! C'est un peu particulier car j'ai passé le bac en candidat libre en fin de première. Je suis arrivé frais comme un gardon, j'avais bonne mine. Je pense que ça joue d'avoir l'air bien dans ses baskets. J'ai la chance d'avoir le stress positif, d'être bien meilleur dans une situation de tension. Évidemment, les examens peuvent faire l'effet inverse ? c'est même bien souvent le cas. La seule recette pour y remédier, c'est de prendre un peu de recul. Le bac n'est pas une fin en soi.

Ce n'est pas une fin en soi, mais il faut quand même l'obtenir. Quels conseils pourriez-vous donner aux lycéens qui passent l'épreuve de biologie demain ?

Bien sûr, il ne faut pas le prendre à la légère. Mais il ne sert à rien non plus de dramatiser. A priori, aucun bon élève ne l'aura pas ; les médiocres l'auront aussi, et sur un malentendu, les cancres pourront s'en sortir. Ce n'est pas un concours, non plus ! Il faut rester soi-même, ne surtout pas tomber dans le piège de l'arrogance, du contentement de soi, et se montrer le plus naturel possible. C'est juste un moment un peu désagrable à passer, voilà.

Une sorte de rite initiatique ?

Absolument. Avant, on avait le certificat d'études primaires, puis le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant