Ramadan : le cas de conscience des athlètes musulmans aux JO

le
0
Le ramadan et les Jeux olympiques tombent cette année à la même date. Une majorité d'athlètes croyants ont décidé de reporter le jeûne, mais les autorités religieuses jugent qu'il s'agit d'un péché.

Saisir pleinement la chance de sa vie ou rester fidèle à ses convictions religieuses. Les 3000 athlètes musulmans prenant part aux Jeux olympiques de Londres font tous face à ce dilemme. Pour la première fois depuis 32 ans et les JO de Moscou, les Jeux tombent en plein ramadan. Le judoka français Sofiane Milous a, comme une majorité d'athlètes, choisi de reporter le jeûne. «C'est un choix personnel, chacun pratique sa religion comme il le veut. Je ne jugerai les choix de personne, comme personne ne doit juger les miens», confie le sportif au Figaro. Il rattrapera donc chaque jour non jeûné après les Jeux olympiques. «On a un an pour le faire», précise Sofiane Milous.

Le rameur britannique Moe Sbihi a lui aussi annoncé qu'il ne jeûnera pas pendant les JO, mais offrira en échange 1800 repas aux personnes défavorisées, rapporte The Daily Mail . D'autres ont décidé de privilégier la religion et de ne pas participer du tout aux compétitions. Les deux footballeurs a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant