Rallye-raid : Roma et Coma, le Dakar a ses nouveaux rois

le
0
Nani Roma, ici lors de la 6e étape vers Salta durant laquelle il prend la tête du classement général.
Nani Roma, ici lors de la 6e étape vers Salta durant laquelle il prend la tête du classement général.

Nani Roma, l'autre "Mister Dakar" Janvier 2004. À cette époque où l'Amérique du Sud n'était pas encore le terrain de jeu de l'épreuve, le Paris-Dakar faisait déjà une petite entorse à son nom d'origine en débutant... à Clermont-Ferrand. Néanmoins, il s'achevait classiquement une quinzaine de jours plus tard par une étape à Dakar, capitale du Sénégal. À cette époque, Stéphane Peterhansel brille déjà en auto et remporte pour la troisième fois l'épreuve au volant d'une Mitsubishi. En catégorie moto, son compatriote Cyril Despres est encore un espoir qui monte, obtenant pour la première fois une place sur le podium (3e). Mais le grand vainqueur de cette édition à deux-roues s'appelle Nani Roma, devenant le premier Espagnol à remporter l'épreuve. Dix ans plus tard, jour pour jour, Nani, originaire de Folguerolle, petite ville de moins de 3 000 habitants dans les terres catalanes, peut une nouvelle fois savourer sa victoire. Très ému, le pilote le plus en forme de la saison - il est invaincu dans les courses auxquelles il a pris part, dont les Bajas de Hongrie et d'Espagne et l'Abu Dhabi Desert Challenge - ne peut retenir ses larmes. Ses premières pensées sont en effet pour Henri Magne, copilote des plus grands, dont Nani Roma lui-même. En 2006, le Français perdait la vie après l'accident du Mitsubishi Pajero au rallye du Maroc. L'Espagnol était au volant. "Je pense beaucoup à lui, à son épouse. S'il nous regarde, je lui dédie ma...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant