Ralentissement derrière le Bayern et Dortmund

le
0

Si les Bavarois se sont encore imposés et que le BvB a repris ses habitudes offensives, les prétendants au podium ont calé : nul pour Wolfsburg, Gladbach, Leverkusen et Schalke. De l'autre côté, la bonne opération est signée Hanovre.

L'équipe du week-end : Hanovre


Battu trois fois lors des quatre dernières rencontres de Buli et éliminé de prime en Pokal, Hanovre plongeait lentement et sûrement vers les tréfonds du classement et dans le marasme complet. Pire, la seule raison pour laquelle on a évoqué ce nom récemment, c'est lorsque la rencontre Allemagne – Pays-Bas prévue au Niedersachsenstadion s'est vue annuler à cause d'une menace d'attentat. Pas glop. Mais ce week-end, le club qui aime bien la Ligue 1 (Briand hier, Erding, Sané et Saint-Maximim aujourd'hui) s'est offert une grosse dose de bonheur. Face au promu Ingolstadt, les Roten ont mis le turbo : ouverture du score dès la 5e minute par Marcelo, Andreasen double la mise à la 11e, Karaman la triple à la 24e. Trois occasions, trois buts. Derrière, ça a tranquillement géré pour finalement clore le récital en fin de match par Bech. Hop 4-0, solide et maîtrisé. Belle sortie de piste pour Ingolstadt, qui restait pourtant sur une première partie de saison bien maîtrisée.

L'homme du week-end : Pierre-Emerick Aubameyang


Pour certains, l'ancien Stéphanois n'est encore qu'un vulgaire tout-droit. S'il marque autant en Bundesliga, c'est parce qu'on ne sait pas défendre en Allemagne (ce qui est faux), et que toute l'équipe est bâtie à sa mesure (ce qui est vrai). Alors il convient d'admirer son doublé contre Stuttgart pour mesurer le chemin parcouru. D'abord servi subtilement par Castro, un petit ballon piqué parfait qui meurt au ras du poteau. Puis, servi dans la profondeur, une course certes, mais un ralentissement pour fixer le défenseur, un passement de jambes, un crochet, une frappe croisée imparable. Ça fait 17 buts pour lui en Bundesliga, 25 toutes compétitions confondues, un toutes les 72 minutes. Personne ne peut en dire autant, ni Neymar, ni Suárez, ni Lewandowski. Venez-le chercher.

[H2…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant