Ralentissement chinois : les effets sur les matières premières

le
0

Depuis 2013, le marché des matières premières enregistre une baisse. Cette tendance s'accentue, sous l'effet du ralentissement de croissance chinois et de sa récente dévaluation du Yuan.

Un marché en crise

Depuis 2013, soit près de deux ans, le marché des matières premières connaît une nette baisse de ses cours. En juin dernier, le Bloomberg Commodity Index a chuté à son plus bas niveau depuis treize ans. Fin août, il a de nouveau baissé d'1,7% pour atteindre son niveau le plus bas depuis 1999. Or, il agrège vingt-deux matières premières et donne de précieuses indications sur l'état du secteur. La dévaluation du Yuan par le gouvernement chinois n'est pas étrangère à cette nouvelle baisse de l'Index. Une réelle crainte existe quant aux possibilités économiques futures de la Chine, dont le taux de croissance annuel est estimé à 7% - un chiffre dont de nombreux spécialistes doutent.

La Chine, grand importateur

Si la Chine est à ce point observée actuellement, c'est qu'elle est un grand, voire le plus grand pays importateur de matières premières. Jusqu'à ces derniers mois, son développement était tel que le pays employait près de la moitié de la production mondiale. Or, ses besoins ont baissé et la production est restée sur la même dynamique. Une surabondance de matières premières existe, désormais.

Le pétrole, symbole de la baisse

De très nombreusesmatières premières sont en baisse. Mais le pétrole est sans doute un symbole de cette situation : fin août, le baril de WTI est passé sous le seuil des quarante dollars. Une première depuis plus de six ans.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant