Raids aériens près de deux ports pétroliers libyens

le
0

(Actualisé, évacuation du terminal d'Es Sider, § 3) BENGHAZI/TUNIS, 13 décembre (Reuters) - Les forces fidèles au gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale ont mené samedi des raids aériens près des terminaux pétroliers de Ras Lanouf et d'Es Sider, sur le golfe de Syrte, afin de stopper l'avancée de miliciens envoyés par le gouvernement rival de Tripoli. Les exportations de ces deux ports représentent plus de 300.000 barils par jour, a précisé un responsable du secteur pétrolier. En fin de soirée, un responsable local a rapporté que "par mesure de sécurité" le personnel avait évacué le terminal d'Es Sider en raison des combats à proximité. Les miliciens favorables au gouvernement de Tripoli, qui n'est pas reconnu par la communauté internationale, veulent prendre le contrôle de ces installations, a déclaré à Reuters leur chef, Tarek Echnaina. "Nous sommes une troisième force envoyée par le chef d'état-major Abdoulsalam Djadallah et par le commandant en chef Nouri Abou Sahmain", a-t-il dit. Abou Sahmain est le président du Congrès général national (CGN), l'ancien Parlement maintenu par le gouvernement rival de Tripoli malgré l'élection en juin d'une nouvelle Chambre des représentants qui s'est réfugiée dans l'est du pays, après la prise de la capitale en août par les miliciens de l'"Aube libyenne". "Nous étions arrivés à environ un kilomètre de l'entrée principale du terminal pétrolier d'Es Sider mais nous avons dû nous replier de deux kilomètres après des raids des avions de Khalifa Haftar, qui nous ont tué deux hommes et en ont blessé trois autres", a dit Tarek Echnaina. COLONNE MOTORISÉE Khalifa Haftar, un général à la retraite, a promis en mai dernier de chasser les milices islamistes de Libye et a engagé ses partisans aux côtés des soldats fidèles au gouvernement du Premier ministre Abdallah al Thinni, seul reconnu par la communauté internationale et qui s'est également installé dans l'est du pays. Le chef de l'aviation du général Haftar, Saker al Djorouchi, a confirmé que ses forces avaient mené des raids près de la ville de Syrte. Il a précisé que ces attaques visaient une colonne motorisée de miliciens venus de la ville de Misrata, plus à l'ouest. Il a aussi fait état d'un raid de ses avions près de Zouwara, à 100 km à l'ouest de Tripoli. Selon la Chambre des représentants libyenne, les miliciens de Misrata qui s'approchaient de Ras Lanouf et d'Es Sider étaient appuyés par des combattants islamistes du groupe Ansar al Charia, qui se battent aussi contre les forces spéciales de l'armée et les partisans du général Haftar à Benghazi, la capitale de la Cyrénaïque. Les terminaux pétroliers de l'est de la Libye sont contrôlés par un allié du gouvernement Thinni, Ibrahim Djathran. Alors que se déroulaient ces combats, le gouvernement Thinni a annoncé la nomination de Mohamed al Arabi au poste de vice-président de la compagnie pétrolière nationale National Oil Corp (NOC). Le mois dernier, le gouvernement avait désigné comme président de la NOC Al Mabrook Abou Seïf, que Mohamed al Arabi va donc seconder. Depuis août, les deux gouvernements rivaux se disputent le contrôle du secteur pétrolier, vital pour la Libye. Celui de Tripoli a nommé son propre ministre du Pétrole, Mashallah Zwaï, et a maintenu à son poste l'ancien président de la NOC, Moustafa Sanallah. (Ayman al Warfalli et Ahmed Elumami, avec Omar Fahmy et Ulf Laessing, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant