Raid sur Hermès : LVMH perd la bataille de procédure

le
0
Raid sur Hermès : LVMH perd la bataille de procédure
Raid sur Hermès : LVMH perd la bataille de procédure

Dans la guerre que se mènent LVMH et Hermès, le groupe de luxe français dirigé par Bernard Arnault a perdu une bataille. Vendredi, l'Autorité des marchés financiers (AFM) a requis une amende de 10 millions d'euros à l'encontre de LVMH, jugeant pleinement justifiés les plaintes concernant les modalités d'entrée du groupe dans le capital d'Hermès fin 2010. Dans la foulée, le numéro un mondial du luxe a fait savoir qu'il n'excluait pas de revendre sa participation dans Hermès.

Après lecture de tous les éléments collectés, «il ressort que LVMH envisageait une montée au capital d'Hermès au moins depuis 2008» et préparait cette opération au moins depuis juin 2010, a estimé Philippe Adhemar, membre du collège de l'AMF. Et d'ajouter que l'amende devait «tenir compte de la gravité des manquements». Cette amende est la plus élevée possible dans cette affaire et figure parmi les principales requises dans l'histoire récente de l'AMF, le gendarme de la bourse.

LVMH n'a pas fourni les informations sincères pour l'AMF

LVMH aurait dû informer le marché «au plus tard le 21 juin» de la préparation de sa montée au capital de Hermès, estime encore l'AMF. Pourtant, le groupe avait annoncé à la stupéfaction générale le 23 octobre 2010 qu'il détenait 14,2% et bientôt 17,1% du capital du fabriquant de sacs et des carrés de soie. «A plusieurs reprises dans les comptes», LVMH n'a pas fourni les informations sincères qu'il aurait dû» a encore souligné le collège.

Pour l'accusation, il y a eu «absence d'information exacte, précise et sincère» de la part de LVMH sur la participation «en dur» qu'il détenait dans Hermès depuis le début des années 2000, à savoir 4,9% du capital de la maison. Mais aussi des défauts d'informations sur la nature des «ELS», des produits financiers dérivés dits «equity linked swaps», calqués sur le titre Hermès.

LVMH n'exclu pas de revendre sa participation dans...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant