Rafle du Vél' d'Hiv : les archives s'ouvrent

le
0
Des documents policiers sont dévoilés soixante-dix ans après l'opération contre les Juifs parisiens.

En 1942, alors âgé de sept ans, Charles Tremil avait quitté son appartement de la rue de Saintonge, au c½ur du Marais, pour Évreux, avec toute sa famille. Mais sa mère et un de ses frères, remontés à Paris pour payer le terme du loyer, ont été arrêtés dans la nuit du 15 au 16 juillet, au cours de la tristement célèbre rafle du Vél' d'Hiv.

Soixante-dix ans plus tard, l'infatigable président de l'association Histoire et mémoire du IIIe arrondissement habite toujours rue de Saintonge. Il est à l'origine d'une exposition qui met en lumière, pour la première fois, des documents uniques issus de deux commissariats du IIIe arrondissement. «Il faut savoir que tous les registres des commissariats ont été passés au pilon à la Libération, rappelle Charles Tremil. Sauf ceux des commissariats des Enfants-Rouges et des Arts et Métiers».

Parmi les registres conservés, tous écrits à la main, l'un liste toutes les familles de l'arrondissement venues chercher une

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant