Raffineries : une grève dure menace à Berre? et ailleurs 

le
0
Après l'annonce de la fermeture de Berre, la CGT organise des assemblées générales dans toutes les raffineries de l'Hexagone.

Sitôt l'annonce par LyondellBasell, mardi , en comité d'entreprise, de la fermeture prochaine de la raffinerie de Berre, qui emploie 370 personnes, les 1270 salariés de l'ensemble du site pétrochimique ont voté une grève reconductible de 24 heures. «Plus d'un millier de salariés, dont une grande partie de l'encadrement, ont voté l'arrêt total du site, c'est-à-dire de la raffinerie, mais également des unités de pétrochimie et des dépôts pétroliers, et le blocage des entrées et des sorties», explique Patrick Sciurca, porte-parole de l'intersyndicale (CGT, CFDT, CFE-CGC, FO, CFTC). «Nous avons affaire à des patrons voyous. Ils nous obligent à prendre des positions dures que nous pouvons durcir encore», poursuit le syndicaliste. La CGT a annoncé dès hier que des assemblées générales se tiendront dans toutes les raffineries françaises ce matin.

En 2010, le secteur avait été paralysé par un mouvement social en réaction à l'annonce de la fermeture de la raff

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant