Raffineries bloquées : Macron appelle à «laisser avancer la France qui travaille»

le , mis à jour à 00:44
22

Le ton est monté d'un cran lundi entre le gouvernement et les opposants à la loi Travail qui souhaitent obtenir son retrait. Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a appelé ce lundi ceux qui bloquent les raffineries à «laisser avancer (...) une France qui travaille, une France qui produit, une France qui croit en son avenir».

QUESTION DU JOUR. Loi Travail : le gouvernement doit-il la retirer pour mettre fin aux blocages?

«Le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur se sont exprimés sur ce sujet avec la plus grande fermeté et je crois qu'ils ont raison, a expliqué Emmanuel Macron. On peut avoir des désaccords dans une société démocratique» mais «en aucun cas les violences ne sont acceptables, et en aucun cas vouloir bloquer l'économie pour penser avoir plus de capacité à se faire entendre n'est acceptable.» Emmanuel Macron, était interrogé par la presse dans la cour de l'Elysée, à l'issue d'une réunion sur «la nouvelle France industrielle».

VIDEO. Macron: «Il y a une France qui travaille»

«Un chantage inacceptable pour Valls»

En déplacement en Israël, le Premier ministre, Manuel Valls, avait précédemment  exprimé son «souci face à la dérive de la CGT ou une partie d'entre elle». Il est «inacceptable d'imposer ce chantage», a-t-il dit, en assurant que les dépôts seraient «débloqués». Auparavant, le ministre des Finances, Michel Sapin, avait fustigé une CGT qui, «pour des raisons souvent internes, s'est extraordinairement durcie et qui n'est que dans la protestation».

Toute la journée de lundi, plusieurs ministres sont montés au créneau pour critiquer le syndicat de Philippe Martinez, en pointe contre le projet de loi El Khomri depuis le 9 mars. Avant la huitième journée nationale de mobilisation programmée jeudi par l'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU-Unef-Fidl-UNL, le numéro un de la CGT a déploré que le gouvernement choisisse «de bomber le torse, (de) gonfler les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 7 mois

    En fait la France est dans la situation de l'Allemagne de 1945, c'est foutu et il n'y aura pas de plan Marshall. Il ne reste que des arrière gardes de rouges de mai 68 qui n'ont toujours pas compris qu'en 50 ans le monde a évolué.

  • bearnhar il y a 7 mois

    Et quand je pense qu'ils ont sanctuarisé le financement de ceux qui leur crachent dessus sur nos fiches de paies, il fallait leur faire sauter les financements publics, comme à la presse. Cela sert à quoi de donner à manger à des gens qui mordent immédiatement la main qui les nourrit ? Et cette mentalité est très répandue dans ce pays, ils ne l'avaient pas encore compris ?

  • bearnhar il y a 7 mois

    Partis comme nous sommes pour le n'importe quoi dans ce pays, vous allez voir que le choix des Français dans les urnes en 2017 va etre attaqué par tous ces récalcitrants. Pour moi c'est le résultat de décennies de permissivité, nous ne sous sommes jamais remis de 68. Si la France bascule massivement à droite en 2017, vous allez obtempérer aux injonctions des urnes je vous le dit, vous laisserez les élus travailler et vous filerez droit car la France profonde ce ne sont pas les agitateurs.

  • bearnhar il y a 7 mois

    Vous pariez qu'au premier tour de 2017 on se retrouve encore avec 40% d'abstention ? Ces gens attendent de ne plus avoir le choix, pour se décider à aller voter, et encore, et ça vient nous causer de démocratie. Ceux qui ne votent pas ont choisi de subir. Et ils ont le culot d'exiger l'application d'une ligne politique pour laquelle personne n'a voté, si vous voulez une politique de gauche, vous vous déplacez pour voter à gauche, la France n'est pas à votre service ce sont les urnes qui parlent.

  • pylenoir il y a 7 mois

    Macron tu vas te faire recadrer ! allez hop au moonwalk!

  • bearnhar il y a 7 mois

    Surtout que c'est grace à la France qui travaille, que les autres peuvent toucher des allocs, empéchez nous d'aller travailler et moi je suis d'avis de ne plus rien vous verser. Ce qui est sur c'est qu'il va y avoir des représailles, de quelle manière je n'en sais rien mais ne croyez pas que nous allons à la fois subir Hollande, et les déçus d'Hollande, mieux vaut que vous vous absteniez de voter en fait. Et il faut que la CGT arrete de se méler de politique, c'est une catastrophe.

  • tchazard il y a 7 mois

    c 'est une loi imposée par l'UE pour une devaluation interne , il aurait fallu discuter , ils l 'ont imposé avec le 49.3 , du point de vue de l 'oligarchie c 'est tout benef , mais pour le travailleur c 'est beaucoup moins .

  • b.renie il y a 7 mois

    La crise est politique et si la CGT et consorts l'alimentent c'est parce qu'elle sent que le contre pouvoir syndical est mis en cause par le référendum d'entreprise. L'intérêt des salariés ils s'en moquent éperdument.

  • b.renie il y a 7 mois

    La crise est politique. Elle est due au fait que FH et le gouvernement actuel, n'ont plus aucune légitimité. Le recours au suffrage universel s'impose avec les risques que cela comporte.

  • M1175512 il y a 7 mois

    Allez on perd encore un peu de PIB avec toute cette agitation qui ne sert à rien. Cette loi ne s'attaque pas aux vrais problèmes qui sont les dépenses faramineuses de l'Etat de de la Sécurité Sociale. La seule solution qu'ils ont trouvé c'est de traire encore plus ceux qui bossent. Je serai pour cette loi quand le Sénat aura été liquidé, que les avantages des parlementaires auront été abolis et que les ministres prendront les notes en conseil des ministres directement sur leur PC portable.