Raffarin : « Nous sommes dans une peopolisation de la justice »

le
0
Raffarin : « Nous sommes dans une peopolisation de la justice »
Raffarin : « Nous sommes dans une peopolisation de la justice »

Dans une interview à paraître dans l'édition dominicale du « Parisien - Aujourd'hui en France », Jean-Pierre Raffarin revient sur les différentes affaires politico-judiciaires en cours. Il évoque aussi le retour de Nicolas Sarkozy, la situation à l'UMP et les élections municipales à Paris.

« Tapie, Guéant, Cahuzac, Bettencourt/Sarkozy... Les politiques sont beaucoup cités dans des affaires judiciaires en ce moment...

JEAN-PIERRE RAFFARIN. Les énergies nationales sont focalisées sur un spectacle judiciaire qui est affligeant et démobilisant. C'est triste pour la démocratie française. Car nous sommes dans une crise économique majeure, la cour des comptes s'en est encore inquiétée ces derniers jours. Et pendant ce temps là, on ne parle pas des vrais enjeux, comme l'emploi, la compétitivité, le pouvoir d'achat. J'espère que tout ceci n'est pas organisé pour distraire les Français de l'essentiel.

C'est-à-dire ?

Je vois bien la manoeuvre qui consiste à salir tout le monde. On est dans une peopolisation de la justice et, au fond, tout est orchestré comme un spectacle.

Mais la manipulation viendrait de qui ?

Je ne sais pas. Mais par exemple, quand j'apprends que le Sénat va étudier la levée de l'immunité parlementaire de Serge Dassault, je m'étonne de le découvrir par la presse alors que je suis moi-même vice-président. D'où vient la fuite ? Qui a intérêt à faire sortir ce genre d'information ? Là, il y a manipulation. Car pendant ce temps là, on ne traite pas la crise, on n'explique pas la réforme. Nous sommes dans une sorte d'attentisme tragique face à la situation économique et sociale. Mais le réveil, cet automne, sera évidemment brutal.

Vous croyez à l'hypothèse d'un retour de Nicolas Sarkozy pour 2017 ?

Ca n'est pas exclu. Mais il est vraiment prématuré d'en parler. Je l'ai vu récemment. Et je peux affirmer qu'il n'est pas dans une logique de campagne, de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant