Raffarin : "Le Brexit est surtout un rejet des flux migratoires"

le , mis à jour le
0
L'ancien Premier ministre voit dans le Brexit la déconstruction pure et simple de l'Europe.
L'ancien Premier ministre voit dans le Brexit la déconstruction pure et simple de l'Europe.

Le Point :

Quel est, selon vous, le message profond envoyé par les Britanniques en décidant de quitter l'Union européenne ?

Jean-Pierre Raffarin : Les Britanniques ont essentiellement voulu défendre leur identité nationale, c'est la tentation de Sisyphe. Dans le monde du XXIe siècle, il n'y a pas d'identité nationale sans solidarité continentale. Je respecte ce choix, je pense néanmoins qu'il porte en lui quelque chose de tragique.

Quelque chose de tragique ?

La déconstruction de l'Europe. Il est aujourd'hui tellement plus facile de détruire que de construire. En quelques jeudis ou dimanches, l'Europe peut se détruire, alors qu'il a fallu de multiples petits pas faits par quelques grands hommes pour la construire. Au moment où le monde s'organise autour des pays continents, il est dangereux que nous engagions la déconstruction du nôtre.

Est-ce un rejet de l'Europe ou un rejet de la mondialisation, selon vous ?

C'est principalement un rejet des flux migratoires dont l'Europe est, à tort, jugée responsable. D'une manière générale, ce qui caractérise l'idée européenne au Royaume-Uni, c'est l'indifférence. L'Europe n'a jamais été l'enjeu de ce scrutin, l'enjeu de ce scrutin a principalement été la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant