Rafale : Hollande «s'attendait» à l'échec de la vente au Brésil

le
12
Rafale : Hollande «s'attendait» à l'échec de la vente au Brésil
Rafale : Hollande «s'attendait» à l'échec de la vente au Brésil

Il faut encore laisser une chance au produit. En bon VRP, le président François Hollande a affirmé jeudi qu'il «s'attendait (...) depuis plusieurs mois» à l'échec de la vente du Rafale au Brésil, mais qu'il «espérait» que l'avion de combat français serait vendu à l'étranger, ce qui n'a jamais encore été le cas. Le Brésil a mis fin mercredi à plus de dix ans de négociations en choisissant l'avion de chasse suédois Gripen NG aux dépens du français Rafale et de l'américain F/A-18 Super Hornet, pour un contrat de 4,5 milliards de dollars.

«Il y avait eu des annonces qui n'étaient pas traduites» dans les faits, «parce que le Brésil était entré dans des difficultés financières», a observé M. Hollande à son arrivée au sommet européen. Le chef de l'Etat, qui s'était rendu la semaine dernière au Brésil, a estimé que ce pays «voulait un avion moins sophistiqué, donc moins cher, et pas forcément pour l'avoir tout de suite». «A partir de là, le Rafale ne pouvait pas être bien placé, même si c'est un très bon avion», a-t-il ajouté.

Dassault Aviation mise sur l'Inde

Selon M. Hollande, «le Rafale est sur d'autres pays, attendu et j'espère, à un moment acheté». «Ce qui compte, c'est que ce ne soit pas simplement l'armée française qui achète le Rafale», a-t-il cependant souligné. Interrogé sur le coût élevé de l'appareil, le président français a noté que «pour qu'il soit moins cher, il faut qu'il soit davantage vendu» à l'étranger. «Je fais l'essentiel, je défends l'avion. A partir de là, il y a aussi une négociation entre l'entreprise et le pays acheteur pour que ce soit au meilleur prix», a-t-il enchaîné.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a affirmé jeudi qu'il y aurait «bientôt des résultats» pour la vente de Rafale en Inde et dans le Golfe. Dassault Aviation est toujours en négociations avec New Delhi pour la finalisation d'une vente de 126 appareils, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • r.edavni le jeudi 19 déc 2013 à 18:09

    L'avion privé au frais des con.tribuable pour se faire dire : retournez chez vous on va choisir un avion moins cher... je rigole !!! C'est un poisson d'avril en décembre !!!

  • r.lebleu le jeudi 19 déc 2013 à 17:59

    bref un mec qui partait perdant n'est qu'un looser

  • Georg47 le jeudi 19 déc 2013 à 17:55

    Avec cette "République irréprochable" on peut être certains que si le Rafale se vend en Inde, il n'y aura pas de rétrocommissions.....lol

  • achemena le jeudi 19 déc 2013 à 17:53

    ILÉOU L AVION MDR

  • 32bits le jeudi 19 déc 2013 à 17:51

    "Moi président"... Je m'attendais à ce qu'on s'enfonce encore plus dans la crise.Bin pourquoi t'as rien dit alors ?Tiens, on ne voit plus Noah. Parti mettre ses sous à l'abri ?

  • frk987 le jeudi 19 déc 2013 à 17:51

    A part vendre des mensonges, vendre du concret c'est un vrai métier et lui serait bien infoutu de "travailler" pour vivre.

  • guyguy18 le jeudi 19 déc 2013 à 17:47

    La France est trop arrogante et personne n'aime cela.

  • RVM21 le jeudi 19 déc 2013 à 17:42

    il a beau défendre l'avion c'est lui le nabo.t grotesqu.e qui ne passe pas à l'Etranger

  • r.edavni le jeudi 19 déc 2013 à 17:37

    Il ne sera jamais vendeur de voiture, c'est certain... aucun talent dans ce domaine...

  • nitram.g le jeudi 19 déc 2013 à 17:36

    C'est l'homme de l'échec total...