Rafale et nucléaire au coeur de la visite de l'Indien Modi à Paris

le
0

* Première visite officielle en France du Premier ministre indien * Le dossier des avions Rafale au menu des discussions * New Delhi veut avancer sur le dossier de la centrale de Jaitapur par Elizabeth Pineau et Sanjeev Miglani PARIS/NEW DELHI, 8 avril (Reuters) - Le Premier ministre indien, Narendra Modi, entame jeudi en France une visite de trois jours à fort caractère économique qui le verra notamment aborder les dossiers Rafale et Areva, objets de longues négociations entre Paris et New Delhi. François Hollande, qui rencontrera son hôte vendredi, a averti qu'il ne souhaitait pas que ces gros contrats dominent un séjour d'abord destiné à conforter les liens entre la France et l'Inde, qui ont noué un partenariat stratégique. Son entourage a confirmé qu'il ne fallait pas s'attendre à des "annonces" sur le projet d'achat de 126 avions de chasse Rafale construits par Dassault Aviation AVMD.PA , qui fera "évidemment partie des sujets abordés" par Narendra Modi. "Ce n'est pas une visite destinée à arracher un contrat", a ajouté un conseiller présidentiel, ajoutant que le Premier ministre indien rencontrerait des responsables de Dassault. Selon le journal Times of India, l'Inde a demandé à Dassault de s'en tenir au prix initialement annoncé pour ses Rafale, dont l'achat fait l'objet de négociations depuis trois ans. De 12 milliards de dollars (environ 11 milliards d'euros), le contrat envisagé serait maintenant passé à 20 milliards de dollars (18,3 milliards d'euros), en raison des retombées liées à la construction d'une partie des avions en Inde. Un autre gros dossier industriel concerne le projet de construction, en partenariat avec Areva AREVA.PA , de la plus puissante centrale nucléaire au monde (avec six réacteurs EPR) sur la côte occidentale de l'Inde. SIX RÉACTEURS EPR Selon un responsable du groupe public Nuclear Power Corporation of India Limited (NPCIL), le gouvernement indien en place depuis l'an dernier est déterminé à boucler ce dossier. "Les discussions technico-commerciales durent maintenant depuis un certain temps, il y a un désir de la part du gouvernement de conclure les discussions", a-t-il dit à Reuters sous couvert d'anonymat. Autour du slogan "Make in India", Narendra Modi veut favoriser les transferts de technologies et créer des emplois pour les 12 millions de jeunes Indiens qui entrent chaque année sur le marché du travail. Il a fait de l'énergie nucléaire un pilier de sa politique d'"énergie propre", élément-clé du développement d'un pays d'1,3 milliard d'habitants dont la croissance annuelle dépasse 7%. Les discussions sur la centrale de Jaitapur, qui durent depuis cinq ans, achoppent notamment sur la question du prix. "C'est vraiment bien si cela arrive durant cette visite. Sinon, ce sera pour plus tard", a dit l'ambassadeur de France à New Delhi, François Richier, avant le départ de Modi pour Paris. L'un des accords signés vendredi à l'Elysée pourrait concerner Areva et Larsen & Toubro pour la production de certains composants pour centrales nucléaires, a-t-on appris de source proche du dossier. Outre un entretien en tête-à-tête avec François Hollande, la participation à un forum économique, un dîner à l'Elysée et une promenade sur la Seine, le programme de la visite de Narendra Modi à Paris comporte aussi une rencontre avec le Medef. Le chef du gouvernement indien se rendra samedi à l'usine Airbus AIR.PA de Toulouse. Après la France, il est attendu en Allemagne, puis au Canada le 17 avril. Il espère s'entendre avec Ottawa sur l'importation d'uranium dans le sillage des accords de 2013 ayant mis fin à 39 ans d'embargo décrété après le premier essai nucléaire indien. (Edité par Yves Clarisse)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant