Rafale: deux succès d'affilée... après des années d'attente

le , mis à jour à 22:01
0
Rafale: deux succès d'affilée... après des années d'attente
Rafale: deux succès d'affilée... après des années d'attente

L'annonce par l'Inde, vendredi, d'une commande de 36 avions de chasse Rafale de Dassault Aviation vient confirmer le succès de l'avion de combat français après un premier contrat en février en Egypte mettant un terme à des années d'espoirs et de déconvenues. L'appareil a essuyé six échecs à l'exportation depuis son entrée en service en 2004 dans les forces armées françaises. Outre ses succès récents en Egypte et en Inde, il conserve encore ses chances dans plusieurs compétitions en cours. Retour sur une quinzaine d'années de négociations.

Les échecs

Février 2002 : premier raté aux Pays-Bas. C'était la toute première participation du Rafale à un appel d'offres, mais La Haye, traditionnellement client des Etats-Unis, a choisi l'appareil américain F-35 JSF de Lockheed-Martin pour remplacer ses F-16.

Avril 2002 : Séoul choisit l'Amérique. La Corée du Sud, pays allié des Etats-Unis en Asie du Sud-Est, a passé commande à Boeing de 40 chasseurs bombardiers F-15, au détriment du Rafale, principal concurrent de l'appareil américain.

Septembre 2005 : nouvelle défaite face au F15 à Singapour. La cité-Etat a conservé le parapluie américain et choisit le F-15 américain au détriment du Rafale pour compléter sa flotte de chasse.

2006 : écarté de la compétition par Ryad. Le Rafale n'a pas pu concourir en 2006 en Arabie Saoudite en dépit des efforts du président de la République Jacques Chirac. Ryad, qui se fournit traditionnellement au Royaume-Uni ou aux États-Unis, a refusé de lancer un appel d'offres pour l'acquisition de 72 avions de chasse, qui aurait permis au Rafale d'entrer en compétition. Elle a choisi l'Eurofighter Typhoon, construit par le britannique BAE Systems, l'européen EADS et l'italien Finmeccanica.

Octobre 2007 : humiliation au Maroc. C'est à ce jour le principal revers enregistré pour le Rafale qui a perdu au Maroc, pays traditionnellement proche de la France, devant le F-16 américain. Un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant