Rafale-Dassault espère signer avec l'Inde d'ici mars

le
0

* Signer d'ici mars, un "objectif raisonnable" - PDG à Reuters * Dassault intéressé par tout appel d'offres en Indonésie * Les discussions avancent au Qatar * Appel d'offres encore attendu en Malaisie (Actualisé avec précisions) par Cyril Altmeyer SAINT-CLOUD, Hauts-de-Seine, 5 novembre (Reuters) - La signature du contrat du Rafale en Inde d'ici mars 2015 est un "objectif raisonnable", a déclaré mercredi à Reuters Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation AVMD.PA , le constructeur de l'avion de combat tricolore. La phase finale des négociations exclusives sur ce contrat estimé à 15 milliards de dollars, démarrées en janvier 2012 entre l'avionneur français et l'Inde, prend du temps, a-t-il dit en marge d'un évènement sur un projet de drone de combat franco-britannique. "On entre dans le détail, c'est ça la question", a expliqué Eric Trappier. A la question de savoir quand il espérait la signature du contrat, il a répondu : "Dans l'année budgétaire, c'est un objectif raisonnable". L'exercice budgétaire indien prend fin en mars 2015. Le constructeur français n'a jamais exporté son avion de combat depuis le lancement de celui-ci en 1989, Eric Trappier a également déclaré ne pas disposer de calendrier sur un éventuel appel d'offres pour 18 avions en Malaisie où vient de se rendre le ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian. Dassault Aviation s'est en outre mis sur les rangs en Indonésie, qui cherche à acquérir 16 avions, en attendant là aussi un appel d'offres. "Nous y avons fait des présentations, nous sommes présents, mais nous n'avons pas fait de communication particulière. C'est du moyen terme", a-t-il ajouté. L'Eurofighter européen, le Gripen du suédois Saab SAABb.ST et le F-16 de l'américain General Dynamics GD.N ont été cités comme candidats potentiels dans le cadre de cette compétition. Quant au Qatar, candidat à l'achat de 36 avions de combat, les discussions avancent toujours. "Ca bouge, mais ce n'est pas signé", a-t-il précisé. Une exportation du Rafale pourrait permettre à la France de reporter une partie des 11 livraisons qu'elle reçoit chaque année et de soulager ainsi ses finances publiques. (Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant