Radio France : un peu d'espoir après plus de trois semaines de grève

le
7
Radio France : un peu d'espoir après plus de trois semaines de grève
Radio France : un peu d'espoir après plus de trois semaines de grève

Après plus de trois semaines d'une grève sans précédent à Radio France, le conflit est arrivé à un tournant avec la nomination jeudi par le gouvernement d'un médiateur et l'espoir pour la première fois d'une issue même si le débrayage a été reconduit jusqu'à lundi matin. Inquiets pour l'emploi, les syndicats avaient décidé une grève illimitée le 19 mars.

Le plan stratégique de Mathieu Gallet, qui prévoit notamment une «réduction nette d'effectifs de 250 à 330 équivalents temps plein» avec 300 à 380 départs volontaires, a fini de durcir le mouvement. Les syndicats ont repris samedi après-midi à huis clos les discussions qu'ils avaient entamées la veille avec le médiateur. Ce dernier aurait rencontré la direction de Radio France samedi matin, mais rien n'a filtré de l'entrevue. Le point au 24e jour de cette crise.

Le médiateur peut-il apaiser les tensions? En 24 heures, Dominique-Jean Chertier, le médiateur a renoué le dialogue avec les syndicats. Dès vendredi, après une première et longue réunion, ils se disaient soulagés d'être enfin écoutés. Au point que le médiateur a espéré que Radio France puisse «reprendre une vie normale avant la fin du week-end». Les discussions à huis clos avec le médiateur ont débuté samedi peu après 16 heures. «Nous attendons ardemment ses nouvelles propositions», a déclaré Jean-Eric Ziolkowski, délégué CFDT, juste avant la rencontre. Toutefois les discussions risquent de se tendre en entrant dans le vif du sujet, en particulier le projet de suppressions d'emplois.

L'arrivée du médiateur, une victoire pour les syndicats. Ces derniers en faisaient un préalable à la sortie de la grève, alors que le PDG Mathieu Gallet n'en voulait pas. Les syndicats refusaient de discuter avec lui, faute d'avancées sociales. «On repart sur de nouvelles bases, donc satisfaction», avait commenté Philippe Ballet, délégué Unsa, vendredi, à l'issue de la première séance de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • schrett le dimanche 12 avr 2015 à 11:29

    Radio France : plus de 4000 salariés ! Réduction nette d'effectifs d'après M.Gallet 330 à 380 départ. Cela n'a rien à voir avec une restructuration, il restera au moins 2000 inutiles de trop n'en déplaise au soviet journalistique d'état.

  • bearnhar le dimanche 12 avr 2015 à 09:58

    Discutent de tout, sauf bien sur des économies qu'on leur demande de faire et qui sont écrites noir sur blanc. Ca fait exactement comme l'audiovisuel public, vous leur demandez de faire des économies, ils ouvrent de nouvelles chaines ! (LCPAN, France 24, etc...)

  • s.thual le dimanche 12 avr 2015 à 02:58

    c est pas un soucis peuvent continuer mais attention on paie pas les jours de greve , indemnisation des contribuables pour contrat non honoré ! normal non,

  • FullOil le dimanche 12 avr 2015 à 00:32

    ils peuvent faire grève a vie c'est pas un probleme

  • M3182284 le samedi 11 avr 2015 à 23:55

    le seul espoir c'est de ne pas payer les grévistes. montrer que ça fait mal.

  • DADA40 le samedi 11 avr 2015 à 23:12

    Ils négocient le paiement des jours de grève!

  • pichou59 le samedi 11 avr 2015 à 19:52

    augmentation de la redevance?