Radio France-Pellerin promet des décisions "très rapidement"

le
0

* 21e jour de grève, négociations dans l'impasse * La ministre de la Culture va mener une médiation * Gallet défend son projet stratégique (Actualisé avec Pellerin, annulation du CCE, précisions) PARIS, 8 avril (Reuters) - Estimant que le conflit à Radio France avait trop duré, la ministre de la Culture Fleur Pellerin a annoncé mercredi qu'elle recevrait direction et syndicats afin de prendre des décisions "très rapidement" face au blocage des discussions. Plusieurs syndicats du groupe public en difficulté financière, qui vit sa grève la plus longue de son histoire, avaient demandé mardi à leur ministre de tutelle de mener une médiation dans ce bras de fer entamé il y 21 jours. Le comité central d'entreprise extraordinaire (CCE), qui devait se tenir mercredi après-midi et au cours duquel le PDG de Radio France Mathieu Gallet devait présenter officiellement son plan d'orientation stratégique, a été annulé. "Je crois que ce conflit a maintenant trop duré", a déclaré Fleur Pellerin à l'Assemblée nationale. "J'escomptais que ce comité central d'entreprise constituerait l'occasion pour la direction de renouer durablement le dialogue avec les salariés". "Cela n'a pas été possible, et donc la situation reste bloquée", a-t-elle ajouté. "Par conséquent je prendrai mes responsabilités, cela veut dire très concrètement que je recevrai les parties prenantes très rapidement et que très rapidement également je ferai connaître les décisions que je prendrai pour renouer le dialogue social". Radio France, qui est financée à hauteur de 90% par l'Etat via le produit de la redevance, prévoit dans son budget 2015 un déficit de 21,3 millions d'euros. Sa gestion a été épinglée début avril dans un rapport de la Cour des comptes qui a invité le groupe à corriger "des défaillances" "pas acceptables". ID:nL6N0WX5BO RÉDUCTION D'EFFECTIFS Le plan stratégique que Mathieu Gallet devait présenter ce mercredi au CCE comprend une série de mesures d'économies censées redresser les comptes du groupe. Selon Le Monde, qui a eu accès au document, le projet prévoit entre autres une réduction d'effectifs comprise entre 250 et 330 équivalents temps plein, comprenant 300 à 380 départs et 50 créations de postes". Un plan défendu mercredi matin devant la commission des Affaires culturelles de l'Assemblée nationale par Mathieu Gallet qui a souligné que Radio France était "au bout du modèle économique que l'entreprise a toujours connu". Nommé en février 2014 par le CSA, il a été fragilisé en mars de cette année par des révélations sur le coût de rénovation de son bureau et ses dépenses en communication. Une motion de défiance réclamant son départ a été votée la semaine dernière par les salariés grévistes. "Il y a ma personnalité, je prends ma part de responsabilité", a répondu Mathieu Gallet devant la commission parlementaire. Mais "le fond ce n'est pas moi, le fond c'est ce modèle économique de Radio France, le fait qu'il y a des choix qui sont douloureux à porter, que la situation est détériorée, qu'on ne peut plus continuer comme avant". "J'ai encore quatre ans de mandat et pendant quatre ans, je ne lâcherai rien sur mes convictions", a-t-il ajouté. (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant