Radio France : Mathieu Gallet blanchi par l'inspection des Finances

le
5
Radio France : Mathieu Gallet blanchi par l'inspection des Finances
Radio France : Mathieu Gallet blanchi par l'inspection des Finances

«Pas de caractère abusif». Telle est la conclusion de l'enquête de l'inspection des Finances sur Radio France, lancée après une série de révélations sur le coût de la rénovation du bureau de Mathieu Gallet, de sa voiture et d'un conseiller en communication.

«Aucune des dépenses examinées, du président ou d'un membre du Comex (comité exécutif, ndlr) ne présente de caractère anormal ou disproportionné par leur nature ou leur montant», stipule le rapport de l'IGF mis en ligne lundi, quelques jours après la fin du plus long conflit de l'histoire du groupe audiovisuel public. L'IGF profite de cette affaire pour formuler des recommandations, qui vont au-delà de Radio France, visant à renforcer le rôle du conseil d'administration en tant que «garant de la transparence» des dépenses du PDG.

La rénovation des boiseries du bureau du PDG en «palissandre de Rio», évaluée à 68 000 euros (sur un total de 104 000 euros), avait «un caractère patrimonial et étaient liés à des décisions» antérieures à l'arrivée de Mathieu Gallet. «Il aurait cependant toujours pu envisager de suspendre leur exécution comme il l'a lui-même reconnu», nuance le rapport.

Le contrat du conseiller, pas «inhabituel»

Pour le reste de la somme, portant sur «le changement de moquette, le mobilier du bureau et de mécaniser les stores, pour un total de 35 000 euros», ce montant de «paraît pas injustifié au regard de sa fonction de représentation de l'entreprise», ajoute l'IGF. Concernant Denis Pingaud, le conseiller en communication de Mathieu Gallet recruté pour 90 000 euros annuels, selon le «Canard enchaîné», ce contrat «de gré à gré» n'est «inhabituel pour Radio France, ni par son contenu ni par ses modalités de passation».

Enfin, à propos du véhicule du président, «prévu dès le mois de mai 2013», il «s'inscrit dans le cadre des règles de l'entreprise, que ce soit pour les critères d'obsolescence de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le lundi 20 avr 2015 à 17:47

    Ces hauts fonctionnaires soi-disant " serviteurs de la république" qui se comportent en petits princes gâtés n'ont aucune conscience ni professionnelle ni sociale.À l'age de la retraite seront décorés pour services rendus §! une honte

  • olive84 le lundi 20 avr 2015 à 15:08

    hehe... merci les copains ... à charge de revanche bien sûr...

  • aerosp le lundi 20 avr 2015 à 15:02

    méprix du peuple et même pas honte cette caste !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • gacher le lundi 20 avr 2015 à 14:56

    la cgc , le patron n'est pas responsable, radio France le patron n'est pas responsable, Par contre si le patron d'une pme dépense la moitié de ces fonctionnaires pour son bureau, c'est un abus et le fisc lui tombe dessus.

  • ne41pm le lundi 20 avr 2015 à 14:55

    Honteux