Radio France, les raisons d'un naufrage financier

le
1
Devant les dérapages des coûts du chantier de la Maison ronde, Mathieu Gallet a tiré la sonnette d'alarme Rue de Valois à l'automne 2014. En vain.
Devant les dérapages des coûts du chantier de la Maison ronde, Mathieu Gallet a tiré la sonnette d'alarme Rue de Valois à l'automne 2014. En vain.

Si Radio France était une boîte privée, dans quelques mois, elle se retrouverait à la barre du tribunal de commerce. Premier problème : sa trésorerie a fondu. Le problème est urgent, faute de quoi, la caisse sera vide dans quelques mois. Fleur Pellerin, Michel Sapin à Bercy et, en définitive, Manuel Valls doivent décider de remettre au pot avant mercredi prochain. Un geste de l'État est attendu de manière à soulager la trésorerie du groupe, qui a par ailleurs reçu l'autorisation de s'endetter (la dette n'existe pas actuellement). Radio France a besoin de 50 à 80 millions d'euros pour faire face à ses échéances.

Le problème de trésorerie a été longtemps masqué. Les comptes apparaissaient sains, alors qu'ils ne l'étaient pas. En effet, le chantier de rénovation de la Maison ronde a été interrompu au milieu des années 2000. Or, l'État a continué à verser l'argent du chantier durant l'interruption. Cet argent s'est accumulé, permettant ainsi à Radio France d'afficher des comptes excédentaires. PDG de 2004 à 2009, Jean-Paul Cluzel a pu ainsi laisser une trésorerie saine. C'était un effet d'optique. Dès lors que les travaux ont repris, Radio France a commencé à payer les fournisseurs. L'argent de l'État a donc commencé à être décaissé. Le chantier prenant du retard, les frais de transition ont dérapé. Si bien que la trésorerie a fondu dangereusement. Mathieu Gallet, l'actuel PDG (nommé en mai 2014 par le CSA), tire la sonnette...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 3 avr 2015 à 17:39

    C'est comme toutes les boutiques gérées par l'Etat, ministères, préfectures....etc, tout au tribunal de commerce et faillite déclarée et....les zélus en taule pour complicité d'abus de biens sociaux.