Radicalisation : les médecins ont besoin d'aide

le
2
Radicalisation : les médecins ont besoin d'aide
Radicalisation : les médecins ont besoin d'aide

Le médecin est tenu au respect du secret professionnel par la loi et le Code de déontologie, c'est un fait. Toutefois, ce droit fondamental du patient peut être un peu bousculé dans une situation précise : lorsque le praticien est confronté à un patient qu'il juge en voie de radicalisation ou radicalisé. Le docteur Jean-Marie Faroudja, président de la section éthique et déontologie du Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom), indique d'ailleurs recevoir de plus en plus d'appels de confrères confrontés à cette situation et qui ne savent pas comment réagir.

Pour répondre à ces professionnels, le Cnom a décidé de participer récemment à des journées de formation au ministère de l'Intérieur sur la prévention de la radicalisation. Afin de faire bénéficier au plus grand nombre ces enseignements, il vient de publier une note indiquant aux médecins la marche à suivre dans ces cas de figure.

Celle-ci débute d'ailleurs par une mise en garde : « La radicalisation ne doit pas être confondue avec le fondamentalisme religieux : les fondamentalistes sont des pratiquants qui adoptent des postures cultuelles rigoureuses mais ne recourent pas à la violence, alors que les radicaux légitiment ou pratiquent des actes de violence. » Pas question de stigmatiser donc un patient qui se serait fait soudainement pousser la barbe.

Un numéro vert

« Ces appels téléphoniques de confrères n'ont pas commencé après les récents événements tragiques, cela fait deux ou trois mois que nous en recevons, comme celui de ce médecin qui s'interroge sur un patient qui viendrait désormais en djellaba. Dans ce type de situation, il n'y a rien à signaler. Le changement d'aspect vestimentaire ou d'apparence physique, seul, ne suffit pas à justifier une radicalisation. Il faut plusieurs indicateurs pour cela », insiste le docteur Faroudja.

Dans le référentiel interministériel, on note notamment, comme autres indices, un comportement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3553345 il y a 12 mois

    alors les toubibs vous avez avale votre salive sans rien dire et faire c est nul

  • M7097610 il y a 12 mois

    faut envoyer chez les vetos