Racontée autrement, l'actualité internationale trouve son public sur le net

le
0
Racontée autrement, l'actualité internationale trouve son public sur le net
Racontée autrement, l'actualité internationale trouve son public sur le net

Spicee mise sur du grand reportage léché et payant, Dbate n'utilise que des vidéos amateur. Mais chacun de ces médias en ligne a su trouver son public en proposant de l'actualité internationale racontée différemment.La plateforme Spicee, lancée en août, se veut un concurrent français de l'américain Vice News, selon son président et fondateur Antoine Robin.Le premier reportage produit et diffusé sur le site, "Syrie, les escadrons du Jihad", a été retenu dans la programmation "off" du Fipa, festival international des programmes audiovisuels, aux côtés de productions signées par des poids lourds du secteur.En à peine six mois d'existence, la webtélé peut se targuer de quelques jolis coups, comme un reportage sur le captagon, la drogue des jihadistes, vendu à une dizaine de chaînes (Radio Canada, RTBF) pour diffusion en prime time, ou une série documentaire sur les conspirationnistes.Pour cette dernière production, le journaliste a mis en ligne une fausse théorie du complot attribuant la création du virus du Sida aux Etats-Unis et faisant le lien avec l'embargo contre Cuba."Et tel un saumon, il a remonté le fil du digital pour voir comment elle se propageait, qui la relayait...", explique Antoine Robin.L'équipe a depuis été invitée à présenter son travail dans des collèges et lycées en Ile-de-France, et doit rencontrer prochainement la ministre de l'Education.Des sujets pointus, des formats innovants (de 7 à plus de 52 minutes), beaucoup d'international (une vingtaine de pigistes dans le monde) ont permis au site de se bâtir une audience de 8.000 clients dont 2.200 abonnés (l'abonnement coûte entre 5 et 9 euros par mois et les vidéos peuvent être achetées à l'unité).Ambitieux, Antoine Robin vise 10.000 abonnés d'ici juin. Il précise aussi que 40% de ses abonnés ont moins de 25 ans. "Au départ, les investisseurs nous ont dit que la vente de grands reportages internationaux à des jeunes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant