«Racisme anti-allemand» : Patrick Kron veut attaquer le PDG de Siemens

le
7
«Racisme anti-allemand» : Patrick Kron veut attaquer le PDG de Siemens
«Racisme anti-allemand» : Patrick Kron veut attaquer le PDG de Siemens

Le PDG d'Alstom, Patrick Kron, envisage de poursuivre en justice le patron de son concurrent allemand Siemens, Joe Kaeser, pour de récentes déclarations lui reprochant son «ressentiment vis-à-vis de l'Allemagne». C'est ce qu'a indiqué mercredi le dirigeant du groupe français à l'Assemblée nationale (vidéo) entendu dans le cadre du rachat de la branche énergie d'Alstom par l'Américain General Electric (GE).

«Les propos qui ont été publiés dans la presse par le président de Siemens intègrent un certain nombre de jugements que je considère comme inacceptables et j'ai demandé à mes conseils d'étudier les suites judiciaires qu'il fallait leur donner, a affirmé le patron français, lors d'une audition devant la commission des Affaires économiques.

Kaeser : «Le gouvernement français a été très coopératif»

Patrick Kron a qualifié de «ridicules» ces déclarations, publiées ce week-end dans le quotidien «Le Figaro» qui «donnent le sentiment» que «des considérations personnelles, qu'un racisme anti-allemand» l'auraient conduit à écarter l'offre de Siemens au profit de celle de General Electric (GE) pour le rachat du groupe énergétique français.

«Le gouvernement français a été très coopératif, mais, finalement, il ne pouvait rien faire contre un dirigeant d'entreprise qui a déclaré à plusieurs reprises qu'il avait du ressentiment vis-à-vis de l'Allemagne et de Siemens», avait déclaré Joe Kaeser, président du directoire du groupe allemand au quotidien français.  «Il ne faut pas poser la question à Joe Kaeser là-dessus», a répliqué Patrick Kron. «Il faut la poser aux 8.000 salariés d'Alstom en Allemagne pour savoir si ces propos sont indignes comme je le pense», a-t-il prévenu.

Dans les transports, «ce serait un bain de sang social»

Dans son entretien au «Figaro», le patron de Siemens s'était aussi demandé si des «aspects personnels (avaient) incité» le PDG français à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le jeudi 12 mar 2015 à 14:54

    non mais lui tient sa boutique. Il est d'ailleurs noueau car l'ancien a été viré pour bien moins que la quasi faillite d'alstom qui aurait du justifier le depart de l'é kron du cac40

  • neutro le jeudi 12 mar 2015 à 09:48

    @M709...:connaissez-vous le bonus du PDG de Siemens?

  • mickae82 le jeudi 12 mar 2015 à 08:36

    M.Kron ne s'entend pas avec grand monde; Anne Lauvergeon en sait quelque chose,,,,la meilleure solution eut été de créer un pole avec areva!

  • M1945416 le jeudi 12 mar 2015 à 07:52

    et puis pas oublier la responsabilité de nos politiques, JP Huchon and co, qui en 2006 on donné le contrat du siècle , le trancilien au canadien bombardier, 10 ans de boulot, je le voit encore parader tout fier à la télé, résultat , le groupe a été vendu… il en reste déjà pas beaucoup ...

  • M1945416 le jeudi 12 mar 2015 à 07:49

    mais avec siemens, ils aurait été dans la même branche d'activité, et l'allemand aurait vite regroupé le travail en allemagne … a choisir, l'américain était peut-être la meilleur option, l'avenir nous le dira

  • pascalcs le jeudi 12 mar 2015 à 01:59

    Au delà de ce feu d’artifice médiatique, on ferait bien de se demander dans quelle mesure le choix de GE ne s’est-il pas fait sous menace américaine de sortir des dossiers très embarrassants pour Alstom et ses pratiques commerciales dans un certain nombre de pays ; pratiques tombant encore une fois sous la coupe d’une quelconque juridiction (abusive) état-unienne. That is the question.

  • M7097610 le jeudi 12 mar 2015 à 00:02

    il suffit de s'arrêter au bonus de ce Monsieur Kron...il ne faut pas aller chercher plus loin.