Racing-Métro : Laurent Labit en quête d'un match référence

le
0
Racing-Métro : Laurent Labit en quête d'un match référence
Racing-Métro : Laurent Labit en quête d'un match référence
A deux jours du choc contre Northampton, lors duquel se jouera la première place de la poule 5, l'entraîneur du Racing-Métro Laurent Labit a fait le point en conférence de presse sur les enjeux du match, mais aussi à propos de la place du Racing en Europe et sur son effectif.

Laurent Labit, y a-t-il de l'excitation avant un tel rendez-vous ?
Il y a de l'excitation, mais aussi de la motivation. Pour tous, pour l'ensemble du club. Pour le staff bien sûr et pour les joueurs encore plus car nous travaillons pour jouer des matchs comme ça. Nous sommes aussi venus au Racing (avec Laurent Travers, ndlr) pour jouer des matchs de cette importance là. Nous avons la possibilité de qualifier le club pour la première fois de son histoire en phase finale de Champions Cup, rien que ça, c'est quelque chose de très important. Nous sommes conscients de qui est notre adversaire, de là où nous allons. Nous savons que ce sera très difficile car ils jouent la même chose que nous, mais sur leur terrain. Donc nous y allons avec confiance, mais aussi avec humilité, parce que nous savons ce qui nous attend là-bas.

Une victoire enverrait-elle le Racing dans une nouvelle dimension ?
Nous savons que ce match sera peut être le match référence que nous recherchons depuis deux saisons que nous sommes ici, et que le Racing cherche depuis quelques temps. Face à un grand favori de la compétition, leader du championnat anglais, champion d'Angleterre en titre...Effectivement, sur un match éliminatoire, quasiment de phase finale, ça peut être un match qui pourrait faire basculer l'équipe dans une autre dimension. Ce que nous espérons, nous sommes à la recherche de ce match-là, donc nous allons y aller dans cet état d'esprit.

« Quasiment un match de phase finale »

Northampton a-t-il l'avantage d'être favori ?
Quand nous jouons des matchs de ce niveau-là, la pression nous l'avons aussi. On ne peut pas aborder un match comme celui-là en jouant de la langue de bois, en disant que nous y allons pour limiter la casse, pour chercher un point, que Northampton va normalement gagner, qu'ils ont la pression de recevoir, qu'ils peuvent tout perdre... Pour nous, nous sommes quasiment dans un match de phase finale, nous avons la pression du résultat car nous savons aussi qu'on peut tout perdre en 15 jours. Nous aurons un match de championnat très difficile Lyon avant la trêve internationale, nous pouvons perdre à Northampton et faire un mauvais résultat à Lyon... Donc la pression nous l'avons, puisque nous devons gagner les deux matchs qu'il reste avant la trêve internationale.

Avez-vous étudié le match aller (victoire 20-11 pour le Racing) ?
Nous avons regardé le match aller, oui, mais nous els connaissons bien. Nous les avons rencontrés quand nous étions à Castres, et le coach de Northampton nous connaît très bien aussi. Ça fait des années qu'on se rencontre. Nous savons ce qu'ils font, comme eux savent sur quoi nous allons nous appuyer, ce que nous allons essayer de faire. Ça va être sympa de tomber une fois de plus contre son équipe, car avec Laurent c'est sûrement l'une des équipes d'Europe que nous connaissons le mieux. Ça m'étonnerait qu'il y ait beaucoup de surprises samedi après-midi.

Vous avez annoncé aujourd'hui les forfaits de Dumoulin et de Dulin. Êtes-vous inquiet que leur absence ne dure trop ?
Nous allons voir avec le staff de l'équipe de France. Alexandre (Dumoulin) a repris l'entraînement avec nous en début de semaine, il s'est arrêté mercredi, et a réessayé ce matin. Mais il a toujours des douleurs qui l'empêchent de jouer à 100%, c'est ce qui l'empêche de jouer avec nous ce week-end. Brice (Dulin), c'est un peu la même chose avec son épaule. Il a encore 15% de déficit avec notamment un côté où il ne peut pas faire de passe. C'est un peu embêtant pour un match de l'importance de celui de samedi. Ils ne sont donc logiquement pas retenus pour ce week-end.

N'avez-vous pas l'impression de présenter une équipe fragilisée ?
Depuis quelques mois maintenant, les absents ne sont pas une excuse. Nous avons un groupe de qualité, et en quantité, comme nous l'avons voulu. Northampton aura aussi des absents, toutes les équipes sont logées à la même enseigne. Nous avons essayé de constituer l'équipe qui nous semble être la meilleure pour aller faire un résultat là-bas. SI nous passons cet obstacle et que nous nous qualifions, nous espérons avoir des retours dans notre effectif pour jouer la phase finale. Des joueurs qui ont l'expérience de cette compétition et qui nous aideront. Mais les absents ne sont pas une excuse, comme c'est le cas depuis deux ou trois mois maintenant.

Vous êtres le seul club encore invaincu. C'est un avantage ?
Ça fait aussi partie des enjeux du match de samedi et des leviers de motivation que nous aurons. Nous cherchons avant tout la qualification et un résultat convaincant qui nous permettrait de prendre conscience de nos possibilités, mais nous savons que, quand on gagne une coupe d'Europe ou qu'on est invaincus, les autres ont une vision différente de nous. Que ce soit les adversaires ou les arbitres. Il faut que nous arrivions à faire des résultats à l'extérieur, comme nos collègues de Clermont ou de Toulon, qui le font depuis des années. Ce n'est pas encore le cas pour nous, c'est pour ça que nous ne sommes pas encore à leur niveau.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant