Racing champion. Juan Imhoff : «On a des étoiles et des soldats»

le
0
Racing champion. Juan Imhoff : «On a des étoiles et des soldats»
Racing champion. Juan Imhoff : «On a des étoiles et des soldats»

L'Argentin Juan Imhoff a rempli la valise de souvenirs vendredi au Camp Nou. Outre le titre de champion de France après lequel il court comme son club depuis des années, l'ailier a eu l'honneur de s'asseoir dans le vestiaire habituellement occupé par le FC Barcelone à la place de son compatriote Léo Messi. «Ça je le raconterai plus tard à mes enfants», confie l'auteur de l'essai qui a amené la qualification pour la finale face à Clermont.

Le joueur argentin qui est monté sur le podium avec le maillot de son club de Duendes, a été écarté des Pumas cette saison à cause d'un nouveau règlement. Il n'attend désormais qu'une chose, «rentrer au pays pour aller jouer, croyez-moi ou pas avec l'équipe première de Duendes».

 

Juan, quelle est la force du Racing cette saison?

On a des étoiles et des soldats. Mais je crois qu'on avait plus de soldats que d'étoiles. Et quand tu as Dan Carter et Joe Rokocoko, cela te tire vers le haut. Après l'aspect humain est très important pour cette équipe. Aujourd'hui on n'a pas montré de talents mais du travail et des "huevos". cette équipe elle a des "huevos".

 

Après l'expulsion de Maxime Machenaud, vous avez dû passer au poste de demi de mêlée, expliquez-nous ce changement tactique...

Au début je n'étais pas très confiant mais je me suis dit que si on enlevait un joueur en deuxième ligne ou en troisième ligne, Toulon allait nous tuer car ça tapait vraiment devant. Après j'aime le rugby, j'aime toucher le ballon donc j'ai pris cette décision, j'ai pris ce risque.  

 

Tu avais déjà occupé ce poste ?

Non jamais (il sourit). J'avais joué quinze (arrière) ou dix (demi d'ouverture) mais jamais neuf. J'ai essayé d'être collé au ballon et de donner du rythme car c'est ce qu'on demande à ce poste. Ensuite avec Dan Carter et l'équipe qu'on a, c'est plus facile notamment quand je ne fais pas de bonnes passes.

 

Au début de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant