Racing 92 / L.Travers : " Jamais de bon moment pour affronter le Stade Français "

le
0
Racing 92 / L.Travers : " Jamais de bon moment pour affronter le Stade Français "
Racing 92 / L.Travers : " Jamais de bon moment pour affronter le Stade Français "

Le jour de ses 47 ans, Laurent Travers, l'entraineur des avants du Racing 92 , s'est présenté devant la presse mercredi pour évoquer le derby face au Stade Français (vendredi, 6eme journée de Top 14). Malgré le retour des internationaux, lui et son acolyte Laurent Labit ne comptent pas chambouler ce qui a fait la réussite des Ciel et Blanc depuis le début de saison.

Laurent Travers, pour ce match, vous disposez des internationaux qui sont de retour. Vous avez fait le choix d’en laisser huit des neufs au repos. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?
Ce choix a été très simple. Il ne faut pas oublier que les prestations de toute l’équipe pendant les absences ont été très positives. Il était normal et logique qu’ils puissent continuer à montrer toutes leurs qualités. Donc ça parait tout à fait légitime. Et ça nous paraissait normal, puisqu’il y a une obligation de laisser une semaine de congé d’ici le 14 décembre. Donc on tient compte aussi de la Coupe d’Europe qui arrive derrière, de tout ce qui peut se présenter. On a fait ce qui nous paraissait le plus logique pour l’équipe et l’ensemble de l’effectif.

Est-ce que faire rentrer un trop grand nombre de joueurs d’un coup aurait pu casser un peu l’équilibre du groupe ?
Non, non. Ce qu’il y a de sûr c’est qu’il est important qu’ils puissent retrouver les repères. Il est important aussi de pouvoir leur laisser la possibilité de se poser. Donc tout est réuni. La performance des joueurs sur les cinq premiers matchs a été très positive, notamment l’apport de tous les jeunes. Je pense qu’il nous a paru normal de les laisser souffler.

Dans quel état avez-vous retrouvé vos internationaux ? Notamment les Français, même si les Gallois semblent aussi marqués…
Je pense que les Gallois sont encore plus marqués, parce qu’eux ils avaient l’opportunité de faire une demi-finale. Je vois que Luke (Charteris) et Mike (Phillips) ont été quand même marqués. Après, les Français, il est important de faire l’analyse et je pense que les joueurs ont été marqués par cette défaite. Mais comme on leur a dit, quand on tombe de cheval, ce qui est important c’est de vite remonter.

Luke Charteris disait qu’il était important pour lui de se remette tout de suite dans le bain avec le Racing. Comment l’avez-vous récupéré, est-ce que vous avez le sentiment qu’il a vite basculé ?
J’ai eu une bonne discussion avec lui. Il était « mâché » en début de semaine. Oui, il a été marqué par cette défaite. Il était prêt à vite rebondir et faire ce qu’il faut pour le Racing. Tous les joueurs n’ont qu’une envie maintenant, c’est d’avoir la tête au club et faire ce qu’il faut pour que le club puisse continuer à avancer et surtout gagner. Luke fait partie de ses gens-là, et il m’a dit qu’il était prêt à remonter et à répondre présent de suite (ndlr : il est présent dans le groupe pour affronter le Stade Français).

Sentez-vous une pointe d’excitation plus particulière du fait d’affronter le Stade Français, notamment de la part des jeunes joueurs ?
Non, ou alors peut-être qu’ils ne l’ont pas montré. Ce qui est sûr, c’est qu’on s’attend à un match très âpre. D’abord parce que un derby et on sait que c’est le champion en titre. Ensuite, l’an dernier ils nous ont battus lors des deux matchs en Championnat plus le quart de finale. Donc ils nous ont rendu la monnaie de la pièce de l’année d’avant quand on avait gagné les deux matchs. Ce qui est sûr, c’est qu’actuellement ils mènent 3-2.

« La réussite du Stade Français ne m’intéresse pas »

Quel regard portez-vous sur le début de saison un peu difficile du Stade Français ?
Je vais être honnête, je ne regarde pas trop les autres. Je ne me préoccupe pas du problème ou de la réussite des autres équipes. Je me préoccupe plus de ce que nous on peut faire et de ce qu’on est capable de faire et ne pas faire. A partir de là, la réussite du Stade Français ne m’intéresse pas. Ce qui m’intéresse, c’est le Racing 92.

Il y a quand même une excitation particulière à jouer ce match ou est-ce un match comme les autres ?
Bien sûr que c’est un derby pour les supporters. Mais ce que l’on sait aussi, c’est que derrière le Stade Français, il y aura la venue de Brive, il y aura Castres et après la Coupe d’Europe, donc tous les matchs doivent être importants; il est hors de question de miser plus sur l’un que sur l’autre. Il est hors de question de pointer ce match et de dire les autres on oublie. Non !

Qu’est-ce qu’il reste des trois défaites de l’an dernier, notamment le match que vous perdez en ayant joué presque une heure en supériorité numérique ?
Ça marque parce qu’on avait le match en main, parce que on fait une bonne entame, ça on le garde en mémoire ; derrière, il y a ce carton rouge qui fait qu’eux se transcendent et que nous indirectement on se dit ça y est c’est acquis. Et donc ça fait l’effet de levier. Mais comme ça se fait dans tous les sports, je connais des équipes qui se retrouvent à dix et arrivent à se transcender et à gagner le match. Et encore plus dans le rugby, parce que là, le Stade Français l’avait considéré comme une injustice, et ça avait surmotivé l’équipe. Nous, ça nous avait plus ou moins endormis.

Au regard des absents qu’il y aura aussi certainement du côté du Stade Français, pensez-vous que c’est le bon moment pour les affronter ?
Il n’y a jamais de bon moment pour affronter le Stade Français. Ils sont champions donc c’est l’équipe qui a fait ce qu’il fallait pour obtenir le titre l’an dernier. Il y a vraiment de la qualité, que ce soit devant ou derrière, qu’il y ait des absences ou pas. Est-ce qu’ils feront jouer les internationaux ou pas. Nous, ce qu’il y a de sûr, c’est qu’on sait très bien que le Stade Français va être hyper motivé, va vouloir faire ce qu’il faut pour enrayer la machine. A nous de continuer notre bonhomme de chemin. Derrière ça, il restera vingt matchs de Top 14 et six de Coupe d’Europe donc si on gagne, il faudra continuer à gagner. Et si on perd, il faudra continuer à gagner aussi.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant