Racing 92 / H.Chavancy : " Nous aussi on a envie d'envoyer du jeu "

le
0
Racing 92 / H.Chavancy : " Nous aussi on a envie d'envoyer du jeu "
Racing 92 / H.Chavancy : " Nous aussi on a envie d'envoyer du jeu "

Avant sa reprise en Top 14 et un déplacement compliqué à Toulon, le Racing 92 se prépare pour une nouvelle saison avec l'ambition de gagner des titres. Une envie expliquée par Henry Chavancy qui revient sur la préparation et sur ce qui attend le club francilien.

Henry Chavancy, Jacky Lorenzetti, votre président, va peut-être finir par être impatient s’il n’y pas de titre à la fin de la saison. Vous le ressentez ?
Jacky Lorenzetti veut gagner des titres et c’est légitime, nous aussi on en veut. On a cette ambition de gagner quelque chose avec tous les moyens qui sont mis en place au Racing 92 pour être performant. C’est aussi notre devoir de répondre sur le terrain en gagnant des matchs et des titres, mais on n’est pas la seule équipe à le vouloir.

Avez-vous retrouvé des sensations depuis la reprise de la préparation ?
Les sensations sont bonnes. C’est une saison un peu particulière parce qu’on est amputé d’une grosse quinzaine de joueurs qui sont mobilisés pour la Coupe du monde. Mais c’est aussi positif parce qu’on a énormément de jeunes qui amènent toute leur fraîcheur et leur enthousiasme à l’entrainement et au quotidien. Les matchs amicaux se sont bien passés, même s’il y a eu des approximations, mais c’est normal vu qu’il faut que l’on ait les automatismes. On aura une grande répétition face à Toulon, face à une équipe qui a les mêmes problèmes que nous.

Ce duel face à Toulon est-il moins stressant avec, également, l’absence de nombreux internationaux de leur côté ?
On aura moins de pression qu’eux. C’est un match à l’extérieur pour une reprise avec de nombreux internationaux absents, donc Toulon est favori. Mais on va y aller avec des ambitions, pour essayer de mettre notre jeu en place et de ramener quelque chose de ce déplacement. Mais si on perd, il ne faudra pas tout remettre en question puisque le match le plus important reste celui contre La Rochelle, à domicile (ndlr : 2eme journée, le 29 août).

Laurent Labit a dit qu’il voulait envoyer un peu plus de jeu avec les jeunes. Il vous a dit la même chose ?
C’est ce qu’il nous a dit, oui. Mais vous savez, nous aussi on a envie d’envoyer du jeu, de se faire plaisir sur le terrain. Mais on n’a pas tout le temps la possibilité de le faire... Mais c’est ce qu’on essayera de faire à Toulon.

« L'envie sera là »

Quel est votre sentiment concernant l’arrivée de Rokocoko ?
C’est une très bonne chose. C’est un très grand joueur et c’est toujours un plaisir d’accueillir des grands joueurs. Il est d’une grande simplicité, très gentil, très humble. Il est déjà très investi dans l’équipe, que ce soit à l’entraînement ou dans la vie de groupe. Il peut également jouer au centre donc c’est très important pour moi d’apprendre auprès d’un joueur qui a énormément d’expérience.

Est-ce plus facile dans la tête d’un joueur de préparer un match avec moins de pression ?
Vous savez, ce n’est que le premier match de la saison. On l’attend depuis un moment donc l’envie sera là. On est très enthousiaste à l’idée d’aller à Mayol. Il y aura une ambiance extraordinaire et ce sera un match très engagé, quoiqu’il arrive. La seule chose qui changera, c’est qu’il y aura moins de pression de notre côté dans la mesure où l’on sait que, comme il s’agit du premier match de l’année, il y aura forcément des erreurs.

Est-ce important de démarrer fort pour la confiance ?
Oui, d’autant plus cette année où on a un bloc de quatre matchs puis de nouveau une pause. C’est vrai que sur ces quatre matchs, si on a des contre-performances, cela nous fera des points à rattraper et on connaît la difficulté de ce championnat. Il va falloir bien commencer la saison et engranger le plus de points possibles.

Finir la saison à Barcelone (ndlr : la finale du Top 14 se jouera au Camp Nou), est-ce un objectif que vous vous êtes fixés ?
Quand on joue au Racing 92, c’est forcément l’ambition que l’on doit avoir. C’est l’objectif que l’on a tous.

Concernant la Champions Cup, comment abordez-vous cette phase de poule qui sera très compliquée (ndlr : poule 3, avec Glasgow, Northampton et les Scarlets) ?
C’est une poule très compliquée, très homogène. Tous les matchs seront très durs, mais en Champions Cup, il n’y a pas de poule facile. On essaiera de faire aussi bien que l’année dernière, voire mieux, si on a la chance d’être en quarts de finale.

Quelle est l’équipe qui vous fait le plus peur dans cette poule ?
C’est difficile à dire... Glasgow est champion de la Ligue celte et c’est une très grosse équipe. Northampton, on se souvient des deux matchs compliqués que l’on a joués contre eux la saison dernière. Et les Scarlets, on connaît également et ce sera difficile.

(avec Valentin Carpentier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant