Racing 92 - Dimitri Szarzewski : " Je suis triste pour le Stade Français "

le
0
Racing 92 - Dimitri Szarzewski : " Je suis triste pour le Stade Français "
Racing 92 - Dimitri Szarzewski : " Je suis triste pour le Stade Français "

Suite à la victoire du Racing 92 (34-16), Dimitri Szarzewski a un sentiment partagé entre bonheur et tristesse par rapport à la situation du Stade Français, équipe dans laquelle il a joué pendant sept ans.

Dimitri Szarzewski, c’est un match assez particulier. Ce n’est jamais un match comme les autres avec le Stade Français ? 
Comme vous le savez, j’ai passé sept ans avec le Stade Français donc c’est un match particulier pour moi, au-delà du fait que ce soit un derby. Cet après-midi (samedi), j’ai un sentiment mitigé car je suis forcément heureux de la victoire bonifiée mais je suis aussi un petit peu triste du sort du Stade Français. J’espère que d’ici la fin de la saison, ils relèveront la tête et s’en sortiront. 

Le Stade Français a très bien entamé son match. Quel est le regard que vous portez sur cette première mi-temps et sur le tournant du match ? 
Nous savions que l’entame allait être très difficile. Mais on l’a vu, nous avons fait le dos rond pendant plus d’une demi-heure. Tout simplement, ils ont gardé le ballon. Nous perdons une balle importante en touche qui se transforme en essai pour eux. Nous n’avons pas paniqué, nous avons continué à croire en nous. Puis, petit à petit, nous sommes revenus au score. Et après, cela s’est joué sur l’indiscipline du Stade Français avec plusieurs fautes à répétition. Nous avons essayé d’appuyer là où cela faisait mal. Forcément quand une équipe joue à trois de moins puis à deux de moins, il y a évidemment plus d’espaces. Nous avons su être efficaces et réalistes.      

« Dans un derby, forcément il y a beaucoup d’engagement et d’agressivité. » 

Il y a deux semaines, il y avait le faux pas à domicile face à Castres, là vous avez remis les pendules à l’heure, c’est ça ? 
Bien sûr, cela nous tenait à cœur. Dans le championnat, tous les matchs sont différents et difficiles. Ce n’est pas possible d’arriver la fleur au fusil pour n’importe quelle rencontre. Donc il faut continuer comme ça, jouer les matchs les uns après les autres, ne pas trop se projeter trop loin et avancer petit à petit, engranger un maximum de points pour se qualifier. 

Vous avez joué beaucoup de derbies, comment était celui-là ? Etait-il plus rugueux ? 
C’est comme tous les derbies. Forcément, il y a beaucoup d’engagement et d’agressivité. Nous connaissions la situation du Stade Français donc nous nous attendions à un gros combat. J’en ai joué plusieurs des derbies. Quand j’étais à Béziers, j’en ai joué aussi quelques-uns et j’en ai joué aussi dans le camp d’en face avec le Stade Français. Cela continuera, les prochains derbys seront toujours aussi rugueux.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant