Racing 92/ Ali Williams : « Le terrain m'avait manqué »

le
0
Racing 92/ Ali Williams : « Le terrain m'avait manqué »
Racing 92/ Ali Williams : « Le terrain m'avait manqué »

De retour au Racing 92 après une retraite d’un an, Ali Williams revient sur les pelouses, prêt à tout donner pour le club francilien.

Ali Williams, vous sortez de votre retraite pour rejoindre le Racing 92, pourquoi ce come-back ? Je ne viens pas ici pour gagner en renommée mais bien pour tout donner afin de permettre à l’équipe de gagner encore plus en renommée. Je me sens comme un enfant en foulant les pelouses et j’adore être ici. Il y a un bon groupe de joueurs qui se respectent. Je suis très fier de faire partie de cette équipe et j’espère acquérir de plus en plus de temps de jeu. N’est-ce pas trop difficile de reprendre ? Non, cette année sans jouer fut bonne pour mon corps. Le terrain m’avait manqué, tout comme la douleur que l’on peut ressentir lors des entrainements physiques. L’année dernière vous avez travaillé pour le Racing en tant que conseiller, cette tâche vous a-t-elle paru compliquée ? J’ai beaucoup de respect pour le club et pour son président Jacky Lorenzetti. J’ai adoré être impliqué de cette manière. Je pense que dans le futur, le Racing deviendra encore plus dominant. J’aimerais beaucoup continuer de travailler dans ce secteur mais nous verrons cela le moment venu. Vous pourriez faire ce métier la semaine et joueur le week-end ? Je ne pense pas que l’on puisse faire les deux (rires).

Williams : « Si on ne veut plus de moi, je regarderai les différentes options qui s’offrent à moi »

Vous avez dit que durant votre retraite vous n’avez pas arrêter le sport, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vos activités ? J’adore faire de l’exercice. Je pense que lorsque l’on se sent bien dans son corps, on ne peut se sentir que bien dans sa tête également. Qu’est-ce qui est pour vous le plus compliqué lorsque l’on veut redevenir un sportif de haut niveau ? Je dirais qu’il faut retrouver le mental. Pour être un athlète de haut niveau, 80% des capacités doivent être mentales. Cet aspect fut d’autant plus simple à retrouver pour moi car j’ai toujours aimé mon métier. Vous avez signé au Racing pour un an mais pensez-vous pouvoir jouer plus qu’une simple année ? Bien sûr je pourrais continuer de jouer si je le veux. Mais je pense qu’à ce stade de ma carrière je ne pense pas à moi mais plutôt à ce que je peux apporter à une équipe. Si on veut de moi comme joueur je continuerai, si on ne veut pas, je regarderai les différentes options qui s’offrent à moi. Espérez-vous faire votre retour chez les All Blacks ? Non je ne pense pas. Je n’ai jamais vu une équipe progresser autant aussi vite. Quand on les regarde à la télévision on se dit qu’ils ne pourront jamais faire mieux et ils y arrivent. Aujourd’hui, j’ai le sentiment de toujours faire partie de cette famille mais je suis un supporter maintenant. J’aime cette position. Quand on est un jour un All Black on le reste pour le restant de ses jours.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant