Rachida Dati refuse l'idée d'une "perpétuité réelle"

le
1
    PARIS, 27 mars (Reuters) - La député européenne Les 
Républicains Rachida Dati se prononce dimanche contre la 
"perpétuité effective" pour les coupables de terrorisme, une 
idée relancée cette semaine par Nathalie Kosciusko-Morizet et 
bien accueillie par le gouvernement. 
    Dans un entretien au Journal du dimanche, l'ex-Garde des 
Sceaux rejette toute sanction pénale de perpétuité 
incompressible, à laquelle le Premier ministre Manuel Valls 
s'était dit ouvert.   
    Elle observe en outre que la France abrite des "terreaux" de 
radicalisation, à l'instar du quartier belge de Molenbeek, où 
étaient basés de nombreux membres des commandos qui ont frappé 
Paris et Saint-Denis le 13 novembre et qui continue de 
concentrer l'attention internationale après les attentats de 
mardi à Bruxelles. 
    "Je ne suis pas favorable à une perpétuité réelle qui 
transformerait ces terroristes en 'fauves' ingérables et 
incontrôlables prêts à tout à l'intérieur de la prison, mais 
aussi avec un impact à l'extérieur de la prison", explique la 
maire du 7e arrondissement de Paris.  
    Interrogée sur l'existence d'un "Molenbeek français", la 
député européenne cite des "terreaux et des territoires 
favorables à la radicalisation". "On a aussi fermé les yeux sur 
ce qui se passait dans ces ghettos par facilité ou par cynisme. 
Nous devons cesser l'angélisme", ajoute-t-elle. 
    Jeudi, le député LR de l'Yonne Guillaume Larrivé a suscité 
de vives réaction en qualifiant Argenteuil de "Molenbeek 
français", après la conduite d'opérations antiterroristes dans 
la ville. 
 
 (Julie Carriat pour le service français, édité par Henri-Pierre 
André) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • s.thual il y a 8 mois

    Elle ne veut pas mais propose rien .,moi je pense aux victimes innocentes,,,,alors pourquoi entretenir à vie ces personnes ?c est une peine supplémentaire pour le ste.éliminant ces lâches tout simplement et proprement.