Rachida Dati étrille son propre camp

le , mis à jour le
0
Dans un entretien au quotidien Libération, l'ancienne ministre de la Justice tacle certaines propositions des Républicains.
Dans un entretien au quotidien Libération, l'ancienne ministre de la Justice tacle certaines propositions des Républicains.

Rachida Dati ne mâche pas ses mots. Dans une interview au quotidien Libération, l'ancienne garde des Sceaux se montre très critique envers le discours des Républicains. "Parler clairement ? D'accord. S'attaquer au politiquement correct ? Très bien. Mais cela ne doit pas être dans la brutalité. Je veux bien qu'on se dise décomplexé, mais cela n'autorise ni l'injure ni la stigmatisation", commente-t-elle dans les colonnes du journal. Et de déplorer que le patron des Républicains ait mis l'islam au coeur des discussions. "Ce projet de débat, je préfère le voir comme le dernier de l'UMP que comme le premier des Républicains. L'islam est devenu un sujet d'angoisses. Nous serions dans une société apaisée, cela ne poserait aucun problème."

Parmi les points qui semblent lui poser problème : la décision du maire de Chalon-sur-Saône, sa ville natale, de supprimer les menus de substitution à la cantine : "Cette décision m'a choquée", admet-elle. "En prétendant combattre le communautarisme, elle ne fait que le renforcer. L'objectif de l'école, c'est de faire en sorte que les enfants vivent ensemble. Ce n'est pas parce qu'on prend en compte certaines habitudes alimentaires que l'on sert des menus confessionnels. C'est absurde !" Selon elle, il y a d'ailleurs certains élus qui "cèdent à la facilité et se disent : Puisque l'islam fait peur, il vaut mieux tout interdire".

"À ce petit jeu, le FN sera toujours meilleur"

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant