Rached Ghannouchi : «Nous ne voulons pas imposer la charia»

le
1
Rached Ghannouchi : «Nous ne voulons pas imposer la charia»
Rached Ghannouchi : «Nous ne voulons pas imposer la charia»

Rached Ghannouchi, 72 ans, dirige le parti islamiste Ennahda, au pouvoir en Tunisie depuis deux ans.

Certains vous accusent de faire durer la crise institutionnelle tunisienne. Que répondez-vous?

RACHED GHANNOUCHI. Ces difficultés ne sont pas de notre ressort. Nos adversaires temporisent parce qu'ils ne veulent pas que nous réussissions cette transition. Mais le dialogue national va reprendre dans les prochains jours. Le gouvernement actuel démissionnera une fois la Constitution adoptée, les instances électorales indépendantes mises en place et une fois que nous nous serons entendus sur le nouveau chef du gouvernement.

Diriez-vous, comme le président Marzouki, que les difficultés viennent des anciens du régime de Ben Ali?

Ce qui est clair, c'est qu'il y a des partis, sans lien avec l'ancien régime, qui ne jouent pas le jeu. Faute de confiance face aux électeurs, ils ne souhaitent pas la tenue d'élections au plus vite et tentent de bloquer la situation. Or, il faut que les élections se déroulent dans six mois.

Vous ne redoutez pas que votre parti, Ennahda, perde sa majorité?

Nous demeurons la force politique la plus populaire et la mieux organisée du pays. Ennahda est en tête dans les sondages. Nous serons toujours en force.

Voulez-vous oui ou non instaurer la charia?

La Tunisie ne s'est pas islamisée avec notre arrivée, c'est un pays musulman. Quand les salafistes ont réclamé l'application de la charia, nous nous y sommes opposés. La notion de charia est une notion controversée, alors que l'islam est un socle commun, accepté par tous. La Constitution se fonde sur ce socle commun. Nous ne sommes pas pour l'application de la charia, je le répète.

Pourtant des associations de femmes disent craindre votre programme?

Si les femmes tunisiennes, dans leur majorité, étaient opposées à notre mouvement, nous n'aurions pas gagné les élections. Car il y a plus de femmes que d'hommes parmi les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le mercredi 27 nov 2013 à 15:01

    Il ment. C'est un islamiste. Bien sûr qu'il veut imposer la charia, il avance masqué, c'est tout. Et en plus, il nous prend pour des imbéciles de koufars. Patience et courage : on les aura !