Rachat SFR: "aucun licenciement" pendant 36 mois, promet Altice

le
0
Rachat SFR: "aucun licenciement" pendant 36 mois, promet Altice
Rachat SFR: "aucun licenciement" pendant 36 mois, promet Altice

Les dirigeants de Numericable et Altice s'engagent à ne procéder à "aucun licenciement collectif économique" pendant 36 mois au sein de SFR en cas de rachat de l'opérateur, "sauf revirement économique imprévisible", dans un courrier à Vivendi que l'AFP s'est procuré.Numericable et sa maison-mère, Altice, sont en négociations exclusives jusqu'au 4 avril avec Vivendi pour le rachat de l'opérateur SFR (qui emploie près de 9.000 personnes), objet d'une bataille ardue puisque Bouygues tente également de l'acquérir.Dans cette lettre en date du 25 mars, le patron d'Altice, Patrick Drahi, et le PDG de Numericable, Eric Denoyer, s'adressent au président du directoire de Vivendi, Jean-François Dubos, et au PDG de SFR, Jean-Yves Charlier."Dès lors qu'elle serait devenue la société dominante du nouveau groupe, Numericable Group s'engage à maintenir l'emploi dans le nouvel ensemble constitué", écrivent-ils."A ce titre, elle ne procèderait à aucun licenciement collectif économique du fait de la rationalisation de la structure des entreprises concernées par la cession", indiquent les deux dirigeants pour qui "il n'existe aucun doublon entre les activités poursuivies par chacune des entités qui constitueront le nouvel ensemble"."Cet engagement est pris pour une durée de 36 mois à compter de la fin de la période d'exclusivité" des négociations, est-il indiqué.Cependant, précisent MM. Drahi et Denoyer, l'engagement de maintien d'emploi "ne trouvera pas à s'appliquer" si un "revirement économique imprévisible" venait à "affecter la situation économique du nouveau groupe, au sens des dispositions de l'article L1233-3 du code du travail".Cet article concerne les licenciements pour motif économique, "résultant d'une suppression ou transformation d'emploi, [...] consécutives notamment à des difficultés économiques ou à des mutations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant