Rachat de SFR : Vivendi a déjà choisi le repreneur

le
0
Rachat de SFR : Vivendi a déjà choisi le repreneur
Rachat de SFR : Vivendi a déjà choisi le repreneur

La messe est dite. Après une semaine de rebondissements comme le monde des affaires en connait rarement, après des négociations âpres et longues jusque tard hier soir entre Vivendi, vendeur de sa filiale telecom SFR, et les deux candidats à la reprise, Bouygues et Numericable, les dés sont jetés. Selon nos informations tenues d'un proche du dossier, Jean-Noël Fourtou, président, et la majorité de son conseil d'administration se sont mis d'acccord dans la nuit : la filiale SFR sera cédée à Numericable. Ce vendredi matin, sur Europe-1, Arnaud Montebourg, ministre du redressement Productif, l'a laissé ententre en tentant une ultime fois de peser de toute son influence, allant jusqu'aux menaces, pour faire plier le conseil d'administration de Vivendi en faveur de Bouygues.

Jeudi soir, le cablo-opérateur et sa holding Altice, co-candidate au rachat de SFR, a remis sur la table un chèque de 850 millions d'euros de cash pour contrer l'amélioration d'un milliard d'euros dont 800 millions en cash, de l'offre de Bouygues, mercredi.

Il semble que Vivendi n'ait pas été sensible à l'argument de Montebourg, qui souhaitait régler les grandes difficultés du secteur de la téléphonie mobile en mariant le n°2 et le n°3 du secteur pour constituer un «champion européen», pour reprendre ses termes. Sans doute Vivendi considère-t-il qu'un rapprochement de SFR avec le cablo-opérateur leader en France du très haut débit fixe avait plus de sens et surtout, l'exposait à moins d'aléas administratifs qu'une fusion avec Bouygues que l'Autorité de la concurrence, et l'ZArcep, gendarme des télécoms, risquaient de retoquer.

Pour autant, le conseil d'administration a débuté à 11h et le monde des affaires sait que de telles réunions peuvent parfois donner lieu à de véritables retournements de situation. Cotée en bourse, le conseil d'administration devrait logiquement communiquer sa décision après bourse, soit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant