Rachat de SFR: Numéricable et Bouygues face à face, les syndicats inquiets

le
0
Rachat de SFR: Numéricable et Bouygues face à face, les syndicats inquiets
Rachat de SFR: Numéricable et Bouygues face à face, les syndicats inquiets

Proches en termes financiers, les offres pour racheter SFR mises sur la table par Numericable et Bouygues auraient un impact radicalement différent sur le marché français des télécoms, mais génèrent toutes deux des craintes en termes d'emplois auprès des syndicats.L'offre dévoilée jeudi matin par le groupe de Martin Bouygues avait les faveurs de la Bourse de Paris et a mis en ébullition le marché des télécoms: à 14H35, Bouygues gagnait 4,85%, Iliad (Free) 4,55%, Orange 8,69% et Vivendi 0,73%, tandis que Numericable était en repli de 6,37%, dans un marché en légère hausse.Mercredi soir, Vivendi, maison mère de SFR qui veut s'en séparer pour se recentrer sur les médias, avait fait état de deux offres engageantes "de prise de contrôle majoritaire" du deuxième opérateur télécoms français.Dans les détails, le groupe de BTP propose à Vivendi 10,5 milliards d?euros en numéraire (garantis par la banque HSBC) et de conserver 46% du capital du nouvel ensemble. Son projet de fusion valorise SFR à 14,5 milliards d'euros avant la mise en place des synergies.De son côté, Numéricable (Altice) n'a pas rendu public son projet. Selon des informations concordantes, il offre 11 milliards d'euros en numéraire, pour une valorisation de SFR à 15 milliards d'euros (pré-synergies). Il a sécurisé son financement auprès de 9 banques et laisserait 32% du capital de la nouvelle entité à Vivendi.Au-delà de ces données financières assez proches, "ce sont deux offres assez peu comparables car elles auraient un impact totalement différent sur le paysage des télécoms", résume à l'AFP Sylvain Chevallier, spécialiste des télécoms et associé chez BearingPoint."Le projet de Bouygues a une logique plus industrielle et ferait repasser le marché à trois acteurs, qui seraient du coup peut-être plus enclins à investir, même s'il y aurait probablement une remontée des prix et un risque sur l'emploi. Le projet de Numericable ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant