Rachat de SFR : Jean-Claude Mailly (FO) vole au secours de Bouygues

le
1
Rachat de SFR : Jean-Claude Mailly (FO) vole au secours de Bouygues
Rachat de SFR : Jean-Claude Mailly (FO) vole au secours de Bouygues

A quelques heures de la fin des négociations exclusives entre Vivendi et Numéricable pour le rachat de SFR, Bouygues vient de recevoir le soutien de Jean-Claude Mailly. Dans un courrier daté du 3 avril, adressé à Manuel Valls, le tout nouveau Premier ministre, que s'est procuré la Tribune, le secrétaire général de Force ouvrière prend fait et cause pour le projet de rachat de SFR par Bouygues, qui n'a toujours laché prise pour mettre la main sur le deuxième opérateur téléphonique français. Selon lui, l'acquisition de SFR par le groupe de BTP permettrait à la filière télécoms de revenir à trois opérateurs mobiles «viables» alors que l'arrivée de Numéricable serait un mauvais coup pour l'emploi.

«Le projet d'achat par Altice propriétaire de Numericable, basé sur plus de neuf milliards de dettes selon un LBO? a comme principaux inconvénients de ne pas traiter la question de la consolidation du secteur, de maintenir 4 opérateurs toujours en concurrence sur un marché saturé, de ne pas dégager le cash-flow nécessaire à la maintenance et l'évolution de l'actuel réseau SFR, de conduire à des plans de suppressions drastiques d'emplois (les LBO antérieurs d'Altice le démontrent), d'accroître la guerre des prix selon une logique de dumping aggravée et de baisser les investissements de la filière», explique-t-il sans complaisance.

L'offre de la dernière chance de Bouygues

Bouygues vient de proposer à Vivendi une nouvelle fois la partie en numéraire de son offre de 1,85 milliard d'euros, pour la porter de 13,15 milliards à 15 milliards. Par ailleurs, «Bouygues augmente par ailleurs la valorisation totale offerte à Vivendi pour SFR en lui octroyant une participation de 10% du capital du nouvel ensemble ayant une valeur de 1 milliard d'euros avant synergies. Cette offre valorise ainsi SFR pour Vivendi à 16 milliards d'euros avant synergies et 16,5 milliards d'euros en intégrant les 5 milliards d'euros de synergies ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4841131 le vendredi 4 avr 2014 à 12:25

    pq tu parles pas des licenciements qui sont liés, t'as touché combien pour écrire çà ??? VENDU, POU.RRI