Rachat de SFR : forcing de Bouygues pour revenir dans la course

le
0
Rachat de SFR : forcing de Bouygues pour revenir dans la course
Rachat de SFR : forcing de Bouygues pour revenir dans la course

A l'approche de la date butoir du 4 avril fixée pour boucler les négociations exclusives de cession à Altice/Numericable de SFR, Bouygues, fait le forcing auprès de Vivendi, le propriétaire de l'opérateur de téléphonie pour revenir dans la course.

Bouygues Telecom vient d'annoncer, ce mardi, avoir prolongé la durée de la validité de son offre de reprise de SFR jusqu'au 25 avril dans le but de «permettre à Vivendi de procéder de façon sereine et approfondie à l'examen de son offre et aux échanges que requiert une opération aussi importante.»  Le géant de la construction a aussi confirmé qu'il s'était engagé à verser auprès de Vivendi 500 millions d'euros d'indemnité de rupture dans le cas où son offre pour reprendre SFR était acceptée mais n'était ensuite pas finalisée. Le paiement de cette indemnité interviendrait «si les autorités règlementaires refusaient d'approuver l'accord de rapprochement ou si Bouygues retirait sa demande d'autorisation compte tenu des remèdes exigés».

La proposition de Bouygues se chiffre maintenant à 13,15 milliards

En outre, la semaine dernière, le groupe de BTP a améliorer son offre en rajoutant 1,84 milliard d'euros en numéraire. Une rallonge partiellement financée par la Caisse des dépôts (CDC), bras financier de l'Etat, la famille Pinault et JCDecaux Holding. Du coup, la proposition de Bouygues est désormais de 13,15 milliards d'euros contre 11,75 milliards du côté d'Altice-Numericable.

Si la situation devrait rester au moins officiellement figée jusqu'au 4 avril, Jean-René Fourtou, le président du conseil de surveillance de Vivendi a, dans un courrier du 24 mars, cité par le Figaro, assuré à Martin Bouygues que «soucieux de l'intérêt social de l'entreprise et de l'intérêt de ses actionnaires et de ses salariés, il va examiner cette offre avec toute la rigueur nécessaire, selon les critères arrêtés avec le comité spécial du conseil de surveillance et en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant