Rachat de Bouygues Télécom : Orange jette l'éponge

le
0
Rachat de Bouygues Télécom : Orange jette l'éponge
Rachat de Bouygues Télécom : Orange jette l'éponge

Alors que Bercy plaide pour un retour à trois opérateurs de téléphonie mobile en France et que Bouygues se retrouve en difficulté après l'échec du rachat de SFR, Orange vient de jeter d'éponge sur l'éventuel rachat de la filiale du groupe de BTP. «Orange a exploré les possibilités de participer à une opération de consolidation du marché français des télécoms, et juge que les conditions que le Groupe avait fixées ne sont pas réunies aujourd'hui pour y donner suite», précise l'opérateur historique. Orange avait mandaté les banques Lazard et le Crédit Suisse pour étudier cette opération estimée à plus de 6 milliards d'euros.

« Pour Bouygues Telecom, il n'y a pas trente-six solutions dans un scénario de consolidation : soit un rapprochement avec Iliad-Free, soit avec nous. Aucun acquéreur non français ne pourrait lui proposer un prix convenable », expliquait Stéphane Richard, le PDG d'Orange, le 20 mai, devant la commission des affaires économiques du Sénat. 

La filiale télécoms de Bouygues a présenté lors d'un CCE «un projet de transformation profonde» avec une réduction drastique des effectifs de 1 516 postes sur 9 000.

Des synergies, mais un risque d'abus de position dominante

Les raisons de cette décision d'Orange ? Pour céder les actifs de sa filiale télécoms, Martin Bouygues avait fixé la barre à 8 milliards d'euros. Or, Orange n'aurait proposé que 6 milliards. Au-delà, ce dossier aurait été difficile à faire accepter aux autorités de la concurrence. Selon un rapport des experts de la Société Générale cité dans la Tribune, un rapprochement Bouygues-Orange n'aurait «aucun sens industriel» même si les synergies auraient pu dégager une économie estimée de 500 millions à 1 milliard par an. Quoi qu'il en soit, une telle entité aurait été probablement sanctionnée pour abus de position dominante avec 61,7% des antennes 3G et 80,4% des antennes 4G mais aussi 49% du nombre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant