Rabiot, le choix du roi

le
0
Rabiot, le choix du roi
Rabiot, le choix du roi

Très bon lors de son entrée à Bernabéu, Adrien Rabiot devrait profiter de la blessure de Marco Verratti pour enchaîner contre Toulouse en Ligue 1. À 20 piges, le gaucher détonne dans un PSG de stars. Alors que certains y voyaient une "caution formation", le milieu montre surtout qu'il n'est pas fâché avec le ballon. Quand il a envie de jouer...

Adrien Rabiot ne fait rien comme les autres. À 17 ans, Carlo Ancelotti s'amourache de ce jeune chevelu au duvet prononcé au-dessus de sa lèvre supérieure. Dans un match amical très médiatisé entre le PSG et le FC Barcelone de Lionel Messi au Parc des Princes durant l'été 2012, Rabiot débute le match. Sans stress. "Il a la qualité pour jouer. Il sera dans le groupe. C'est une très bonne chose d'avoir des jeunes du centre de formation en équipe première. C'est un milieu de terrain gaucher. Pour son âge, il a de très bonnes qualités", lâchait le Mister peu de temps avant le match. Sur la pelouse, au milieu de Xavi, Iniesta et Busquets, Rabiot ne se planque pas. Mardi, c'est à Bernabéu qu'il a montré ses longs cheveux bouclés. Encore une fois sans se planquer, alors que son entrée, sans échauffement, à la suite de la blessure de Marco Verratti avait tout du traquenard. À 20 ans, le gaucher a joué dans un fauteuil sur la pelouse de Madrid. Contrôle, passe, accélération, jeu vers l'avant, frappes - dont une sur le poteau - et une certaine facilité par moments.

Verratti et Pastore blessés laissent un peu de champ libre


Bref, à 20 piges, Adrien Rabiot a réussi un gros match de Ligue des champions face au Real Madrid à Santiago Bernabéu. Ce n'est pas rien. Surtout, ce n'est pas donné à tout le monde. À la fin de ce match, deux sentiments sont venus à notre esprit. Le premier, c'est que le garçon a quand même un sacré talent. Le second, c'est qu'il donne parfois l'impression de choisir ses matchs. Le lot des garçons talentueux, sans doute. "Je ne m'attendais pas du tout à entrer. Habituellement, le coach te demande d'aller t'échauffer pendant vingt minutes avant d'effectuer son changement, tu as alors le temps de te préparer. Mais là, tout est allé très vite. Je ne me suis pas échauffé, donc d'un côté je devais faire attention à ne pas me blesser, mais dans le même temps, je savais que c'était la Ligue des champions, que le jeu était très rapide et qu'il ne fallait pas commettre d'erreur. Heureusement, j'ai réussi à m'adapter rapidement", a détaillé le joueur sur le site officiel du club. Sans pression. Jamais.

C'est parfois ce qui le fait tomber du côté obscur, comme à Lille où, titulaire pour la première journée de championnat, il prend deux avertissements avant la première demi-heure. Expulsion. Douche. Sèche-cheveux. Salut. Un raté qui lui coûte sans doute…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant