Rabiot, encore plus haut

le
0
Rabiot, encore plus haut
Rabiot, encore plus haut

Auteur d'une entrée remarquée à Lille, Adrien Rabiot devrait être titulaire contre Bâle. Parce que depuis le début de la saison, il est l'un des meilleurs éléments du PSG et semble déjà indispensable dans l'entrejeu parisien. Ce qui n'a pas échappé à Unai Emery.

"Je crois qu'il est très, très bien. Je suis très content parce que je crois qu'il grandit beaucoup. Il a très bien joué les deux derniers matchs, mais aujourd'hui, il fallait faire une petite rotation. Mais il a beaucoup donné à l'équipe. Plus d'âme et plus de force." Après la courte victoire à Lille, Unai Emery ne peut esquiver le sujet en conférence de presse. Sommé de se justifier sur l'absence d'Adrien Rabiot dans l'entrejeu parisien, l'entraîneur ne se cache même pas. Oui, le milieu de terrain doit actuellement figurer dans le onze de départ du PSG. Même si on préfère parfois le dorloter pour ne pas le cramer et peut-être l'économiser pour la Ligue des champions.

Plus important que sous l'ère Blanc


Car en entrant sur la pelouse du stade Pierre-Mauroy à une demi-heure de la fin, alors que le score restait désespérément vierge, le Français a encore montré toute son importance. Remplaçant Marco Verratti, qui a du mal à retrouver son meilleur niveau depuis la reprise, Rabiot a conservé, provoqué et prouvé son talent, qu'il maîtrise désormais presque parfaitement. En moins de trente minutes, il est devenu l'homme qui a le plus dribblé de la rencontre. Loin, très loin devant Lucas, Ángel Di María ou Verratti. Le PSG a d'ailleurs pris l'avantage cinq minutes après son entrée. Coïncidence ? Peut-être. Toujours est-il qu'à chaque fois qu'elle se balade sur le terrain depuis le début de la saison, la touffe bouclée démontre à son coach que l'historique trio Motta-Matuidi-Verratti appartient sans doute au passé, ou n'est en tout cas plus indispensable. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : Adrien a été titularisé sept fois en onze journées, et deux fois en trois journées de C1. Preuve que son technicien espagnol compte sur lui, en apparence davantage que son prédécesseur (vingt-neuf titularisations sous Laurent Blanc lors des deux derniers exercices de L1).

Le présent et l'avenir


"L'arrivée d'un nouvel entraîneur a permis une certaine redistribution des cartes, et le petit Rabiot saisit sa chance, tout simplement, corrobore François Rodrigues, coach de l'équipe réserve du club et ancien des U19, qui a donc eu l'occasion de côtoyer le bonhomme. Il montre que c'est un joueur au potentiel énorme, un garçon d'avenir, qui suit…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant