Rabiot, Citizen attitude

le
0
Rabiot, Citizen attitude
Rabiot, Citizen attitude

Ce mercredi soir, Adrien Rabiot devrait débuter le match dans le onze de départ du PSG face à Manchester City. Sauf que le gaucher de 21 ans aurait très bien pu ne jamais jouer ce match avec la liquette parisienne, mais avec celle des Citizens. Ou l'histoire d'un adolescent de 13 ans qui signe 6 ans à Manchester City en 2008 pour en partir six mois plus tard avant de s'engager au PSG. Le destin d'une vie.

En 2008, Manchester City et le PSG s'étaient affrontés dans un match sans saveur en Coupe UEFA (0-0). L'histoire ne raconte pas où était Adrien Rabiot ce soir-là. Car, il n'est pas impossible d'imaginer le jeune milieu de terrain sur le bord de la pelouse dans le rôle d'un ramasseur de balle aux couleurs de City. En 2008, Adrien Rabiot a 13 piges, il porte des petites bouclettes sur le sommet d'un crâne avec plus de joues et moins de hauteur. Adrien Rabiot vient de signer à Manchester City pour y faire sa préformation. Il a 13 ans. Sur place, il n'est pas seul. Adrien ne l'est jamais vraiment. Il est accompagné de sa mère Véronique et de l'un de ses frangins, Valentin. Mais comment un môme de 13 ans peut-il se retrouver en Angleterre au nez et à la barbe des clubs français ? On parle d'un garçon qui était aux portes de l'INF Clairefontaine six mois plus tôt. Mais l'Angleterre a des atouts que la France n'a pas. " Lors du dernier stage d'entrée à Clairefontaine, les recruteurs de Manchester City étaient présents. Ils ont dit à ma mère que mon profil les intéressait. On a pris la décision de partir en Angleterre ", rembobinait-il en 2012 dans les colonnes du Parisien au lendemain de son premier contrat professionnel signé avec le PSG. City n'est pas encore le monstre actuel. Robinho vient seulement d'arriver, Kompany joue milieu de terrain, Richard Dunne est titulaire, Stephen Ireland n'est pas encore tombé dans la folie, et les Citizens sont sponsorisés par Thomas Cook. Sur place, le jeune Rabiot enfile ses tenues Le coq sportif et commence sa préformation. " Mon emploi du temps était divisé entre l'académie pour les entraînements et les cours dans une école anglaise. Les jeunes qui étaient avec moi venaient de plusieurs pays : Belgique, Italie ou Serbie, par exemple ", se souvient l'ex-Citizen, toujours dans Le Parisien. L'éloignement lui permet d'oublier, un peu, le drame qui a touché la famille en 2007.

Rabiot, le choix du roi

Un bail de six ans… un départ au bout de six mois


À la suite d'un AVC violent, le père est cloué dans un fauteuil, atteint d'un syndrome d'enfermement (état neurologique qui provoque une paralysie complète à…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant