Rabiot a un coup à jouer, il ne doit pas le manquer

le
0
Rabiot a un coup à jouer, il ne doit pas le manquer
Rabiot a un coup à jouer, il ne doit pas le manquer

Marco Verratti étant gêné par une inflammation au pubis qui ne veut pas le laisser tranquille, Adrien Rabiot devrait être titulaire à Marseille dimanche. Et plus si affinités, avec la perspective de débuter le huitième de finale aller de C1 contre Chelsea dans dix jours.

Ce n’est un secret pour personne, Laurent Blanc a dans un coin de la tête le onze parisien qui devrait débuter contre Chelsea dans une dizaine de jours. Mais une incertitude pèse encore sur la présence de Marco Verratti pour le huitième de finale aller de Ligue des Champions du PSG. Le milieu international italien enchaîne les allers-retours à l’infirmerie en raison d’une inflammation au pubis qui pourrait bien virer à la pubalgie si elle s’aggrave à l’avenir. « On espère le retrouver très vite », a soufflé Blanc en conférence de presse samedi, à la veille du déplacement à Marseille en clôture de la 25eme journée de Ligue 1. Mais une telle blessure nécessite surtout du repos, à défaut d’une opération qui pourrait signifier la fin de la saison de Verratti. De quoi libérer une place dans l’entrejeu parisien pour accompagner Thiago Motta et Blaise Matuidi.

Al-Khelaïfi le voit comme l’avenir

Si Benjamin Stambouli pourrait y prétendre avec sa montée en puissance de ces dernières semaines, Adrien Rabiot apparaît en pole position pour pallier un éventuel forfait de Verratti face aux Blues. Pour preuve, c’est bien lui qui devrait débuter au Vélodrome, où le PSG se présentera en configuration Ligue des Champions. Il y a deux mois jour pour jour, le point de non-retour semblait pourtant atteint entre le natif de Saint-Maurice et son club formateur. Le joueur avait profité d’un entretien à Téléfoot début décembre pour poser un ultimatum à ses dirigeants. « J’ai demandé au président d’être prêté si mon temps de jeu venait à baisser d’ici au mois de janvier, avait-il lâché. Il ne pourra pas me le refuser car j’ai répondu présent. Il m’aime bien, ce sera mon cadeau de Noël. » Nasser Al-Khelaïfi n’avait pas franchement goûté la déclaration de celui qu’il considère comme l’avenir de son club, avec son étiquette de pur produit du Camp des Loges.

Rabiot a tracé sa route

Laurent Blanc avait traduit la pensée de son président par ces termes en conférence de presse, au lendemain de la sortie inattendue de Rabiot : « Ça m'énerve. Adrien doit comprendre que quand on a la possibilité d’aller au terme de son contrat et de partir libre, on peut le faire. Sinon, quand on signe un contrat de cinq ans au PSG, il faut respecter son club formateur. Je m’arrête là, sinon je risque de m’énerver... » La tension paraissait alors à son comble, d’autant que le moment était mal choisi par celui qui est passé par Manchester City au cours de son adolescence. Il avait publiquement mis en cause ses dirigeants et son coach au moment où il enchaînait les matchs, avec l’absence de Verratti. Mais cette situation n’a pas perturbé un gamin de 20 ans sur lequel les événements extra-sportifs n’ont que peu de prises. Armé d’une grosse confiance en lui, Rabiot a confirmé les progrès réalisés depuis le début de la saison et tracé sa route, sans prêter attention aux remarques de l’extérieur ou aux sifflets du Parc des Princes.

Tacles, duels, interceptions : Rabiot brille par son impact

Tout en hissant son niveau technique à la hauteur de ses concurrents directs pour une place dans l’entrejeu, il a étendu son volume de jeu et gagné en impact physique. Pour 90 minutes, il est le milieu parisien qui réussit le plus de tacles (3,57), qui gagne le plus de duels (56,69%) et qui réalise le plus d’interceptions (2,48). Dans un contexte où Verratti souffre dans sa chair, Rabiot a une carte à jouer. Parce que Blanc ne semble pas fermer à bousculer son onze-type. « Il y a une hiérarchie quand les joueurs sont au maximum de leur forme, avait-il expliqué fin décembre. Mais on constate que c’est très peu le cas. On n’a jamais les joueurs au même niveau et tous disponibles. Rabiot se met en jeu pour aspirer à devenir titulaire dans ce milieu de terrain performant et très important pour notre équipe. Si tout le monde est à son meilleur niveau, il faudra faire des choix. C’est le lot quotidien d’un entraîneur. » Dans son esprit, Verratti garde une longueur d’avance sur Rabiot, tant l’Italien n’a pas besoin de beaucoup de temps de jeu pour démontrer à chaque fois son influence sur le collectif parisien. Mais le « titi » est le recours évident en cas d’absence. Et c’est bien mieux qu’une solution de secours.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant