Quinze Russes et Ukrainiens cibles de sanctions de l'UE

le
0
L'UE ÉLARGIT SES SANCTIONS DANS LA CRISE UKRAINIENNE
L'UE ÉLARGIT SES SANCTIONS DANS LA CRISE UKRAINIENNE

BRUXELLES (Reuters) - L'Union européenne a annoncé dans la nuit de vendredi à samedi qu'elle imposait des sanctions contre 15 personnalités russes et ukrainiennes supplémentaires, de même que contre 18 entités et entreprises russes ou séparatistes.

Les 15 personnalités se voient interdites de voyages dans l'UE et leurs avoirs vont être gelés, de même que ceux des 18 entités.

Parmi les plus illustres figures de la liste se trouvent Alexandre Bortnikov, le chef du FSB russe, et l'ancien Premier ministre russe Mikhaïl Fradkov, actuel chef des services de renseignement extérieurs russes.

On y trouve aussi le président tchétchène Ramzan Kadirov ou le secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, Nikolaï Patrouchev.

Cette nouvelle salve de mesures porte à 87 le nombre de personnalités russes ou ukrainiennes soumises à des sanctions de l'UE, et le nombre total d'organisations ou d'entreprises sanctionnées s'élève désormais à 20.

Ces personnalités, ainsi que neuf des 18 entités visées, sont accusées de saper la souveraineté de l'Ukraine. Les neuf entreprises concernées ont été confisquées par les autorités de Crimée à la suite de l'annexion de la presqu'île par la Russie en mars.

L'UE s'est entendue vendredi sur les grandes lignes de ses premières sanctions économiques contre la Russie en lien avec son attitude vis-à-vis de l'Ukraine. Les secteurs des technologies et du gaz en sont exclus. La Russie est le premier fournisseur de gaz naturel de l'Europe.

Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a écrit aux dirigeants de l'UE pour leur demander d'autoriser leurs ambassadeurs à boucler un accord définitif mardi -ce qui évitera aux chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE d'avoir à se réunir en sommet extraordinaire pour entériner les sanctions.

Les sanctions visant les marchés des capitaux ou les armes ne devraient s'appliquer qu'aux futurs contrats, ce qui laissera à la France la possibilité de maintenir la livraison de deux porte-hélicoptères "Mistral" à la Russie.

(Adrian Croft; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant