Quinze mille manifestants contre le racisme à Helsinki

le
0
    HELSINKI, 24 septembre (Reuters) - Plus de 15.000 personnes 
ont manifesté samedi dans la capitale finlandaise Helsinki 
contre le racisme et les violences, après la mort d'un homme 
agressé en marge d'un rassemblement néo-nazi dans la ville ce 
mois-ci. 
    Voici une semaine, la police a interpellé un jeune homme de 
26 ans, membre du groupe d'extrême droite Mouvement de 
résistance de la Finlande, soupçonné d'avoir agressé dans le 
centre d'Helsinki un Finlandais qui est décédé de ses blessures 
quelques jours plus tard. 
    Le Premier ministre Juha Sipila, critiqué pour des propos 
jugés trop timorés à l'encontre des mouvements d'extrême droite, 
a participé samedi à un autre rassemblement antiraciste, dans la 
ville de Kuopio. 
    "Les gens sont ici pour une cause juste. Les actes de la 
part de mouvements extrémistes violents inquiètent la majorité 
silencieuse du pays", a-t-il dit à la radiotélévision nationale. 
Le gouvernement, a-t-il ajouté, a l'intention de durcir les 
textes de loi concernant les mouvements extrémistes et les 
discours de haine. 
    Les manifestations de samedi se sont déroulées dans le 
calme, a déclaré la police. 
    A la suite de l'afflux de demandeurs d'asile l'an dernier, 
l'hostilité envers les migrants a progressé dans l'opinion 
publique en Finlande, pays qui a peu d'expérience en matière 
d'accueil d'un grand nombre de réfugiés. 
    Trente-deux mille demandeurs d'asile, venant pour 
l'essentiel d'Irak, sont arrivés en Finlande l'an dernier. Comme 
dans d'autres pays du nord de l'Europe, le gouvernement 
finlandais a durci sa politique d'accueil des migrants, 
notamment en ce qui concerne les critères d'octroi de l'asile 
aux ressortissants d'Irak, d'Afghanistan et de Somalie. 
     
 
 (Jussi Rosendahl et Attila Cser; Eric Faye pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant