Quini, 25 jours en enfer

le
0
Quini, 25 jours en enfer
Quini, 25 jours en enfer

Aujourd'hui confrontés, Sporting de Gijon et FC Barcelone entretiennent depuis des années une relation privilégiée. Plus encore que David Villa ou Luis Enrique, Quini est bien le transfuge le plus connu entre les deux clubs. Et pour cause, il a été kidnappé durant 25 jours.

"Je suis un Sportinguista depuis le berceau et je le serai jusqu'à ma mort". Et actuellement, je suis l'entraineur du FC Barcelone. À quelques heures de retrouver son Sporting de Gijon de coeur et de formation, Luis Enrique rappelle que les liens entre le fanion du Molinon et celui du Camp Nou sont étroits. De David Villa jusqu'à Abelardo, actuel entraineur des Rojiblancos des Asturies, en passant par Julio Salinas, nombreux ont été les grands joueurs à avoir défendus ces deux liquettes. Le plus fameux reste, encore aujourd'hui, Enrique Castro Gonzalez, plus communément appelé Quini. Insatiable buteur récompensé par cinq trophées de Pichichi, international espagnol confirmé aux 35 capes, il a écrit sa carrière entre Sporting (de 1968 à 1980, puis de 1984 à 1987) et Barça (de 1980 à 1984). Son palmarès, lui, se résume à deux Copa del Rey, une feu Copa de la Liga et une Coupe des Coupes. Mais son plus grand fait d'armes reste d'avoir connu un enlèvement de 25 jours. Un épisode qui a profondément marqué le football espagnol, et en particulier le FC Barcelone. Quant à l'intéressé, il n'a jamais voulu porter plainte contre ses agresseurs. Le syndrome de Saragosse ?

Quini opéré avec succès

Doublé, pistolet et 350 millions de pesetas


La légende veut que le jeune Quini, somnambule, revenait en pleine nuit à l'école. Plus tard, après un passage de quatre ans au FC Barcelone, idem : il retourne à sa casa de Gijon. Pourtant, le premier mars 1981, après une écrasante victoire face à l'Hercules d'Alicante (6-0) et un doublé dans la poche, il ne revient pas chez lui. Sa femme, apeurée, appelle dans la soirée la direction blaugrana qui s'empresse de contacter les forces de l'ordre. La discrétion est de mise jusqu'au lundi soir, lorsque la police communique publiquement que la voiture de Quini a été retrouvée sur une station service. Son propriétaire, lui, manque à l'appel. Plus d'une journée durant, personne ne sait donc où se trouve celui qui est alors le Pichichi de la Liga. Personne, sauf trois hommes. Trois délinquants qui enferment dans le coffre leur voiture, le temps d'un déplacement à Saragosse, un Quini claustrophobe. Le lundi soir,…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant