Quimper : une colère en guise de «vrai signal envoyé à Paris»

le
0
REPORTAGE - Environ 15.000 personnes se sont réunies samedi après-midi pour demander la suppression de l'écotaxe mais aussi des aides pour l'agro-alimentaire breton. En marge, des incidents ont éclaté.

Trois petites heures. Démarré à 15 heures sur une place de la Résistance noire de monde, le rassemblement «Vivre, décider et travailler en Bretagne» n'a pas débouché sur le grand défilé dans les rues de la capitale finistérienne prévu par les organisateurs. À partir de 17 heures, nombreux étaient ceux, souvent venus de Brest, de Morlaix ou encore des Côtes d'Armor qui rejoignaient les parkings de la périphérie pour rentrer chez eux. Car quelques dizaines de personnes voulant en découdre avec la police ont rapidement détourné l'attention des bonnets rouges. Résultat: une grande partie des 15.000 manifestants - bilan définitif de la préfecture - a préféré rester sur la place ou sur les quais de l'Odet pour assister aux heurts plutôt que de défiler. Harcelant les...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant