Quilvest AM juge "périlleuse" l'expérience d'un maintien durable des taux négatifs par la BCE

le
0

(AOF) - Le 8 décembre, la BCE réunira son dernier comité de politique monétaire de l'année et pourrait y annoncer une prolongation de son programme de rachat d'actifs au-delà de mars 2017. Au minimum, la BCE "devrait garantir le maintien de ses taux (officiel et taux de dépôt) à un niveau plancher (voire négatif) lors de son prochain comité, le 8 décembre", déplore Lieven Jacobs, Directeur de la gestion de Quilvest AM. Le gérant est bien conscient que la BCE va vouloir éviter la transmission à l'Europe des tensions enregistrées aux Etats-Unis sur les taux longs après la présidentielle.

Néanmoins, Lieven Jacobs, chez Quilvest AM, qualifie d'"expérience périlleuse" le maintien des taux en territoire négatif.

"Il faut bien reconnaître que l'application de taux négatifs aboutit jusqu'ici à des résultats opposés à ceux escomptés. A vrai dire, la BCE doit même se garder d'aller plus loin dans cette voie ! Car la politique de taux bas de la BCE – qu'il s'agisse des taux de dépôts négatifs ou du taux directeur a zéro – a eu pour conséquence le tarissement des sources de rendement que représentaient les marchés de taux", note Lieven Jacobs.

Dans ce contexte, les investisseurs ont dû se tourner vers les actifs les plus risqués. "De la même façon, les banques et créanciers ont dû adopter une attitude "risk on", incités à prêter de l'argent à des débiteurs au profil de crédit dégradé. Le fonctionnement même du système bancaire en est altéré, alors que les banques tentent depuis quelques années d'assainir leurs fonds propres et qu'elles sont tenues de respecter rigoureusement les exigences relatives à Bâle 3, par exemple en termes de ratio d'actifs liquides (LCR, Liquidity Coverage Ratio)", continue le directeur de la gestion de Quilvest AM.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant