Qui va tuer ou le sera ? A Chicago, un algorithme le prédit

le
0
Qui va tuer ou le sera ? A Chicago, un algorithme le prédit
Qui va tuer ou le sera ? A Chicago, un algorithme le prédit

Unique en son genre, un mystérieux algorithme aide la police de Chicago à lutter contre la violence armée, en attribuant des scores aux habitants les plus à risque d'être impliqués dans une fusillade, soit comme victimes, soit comme acteurs.Le savant calcul prend en compte différents facteurs, comme le casier judiciaire, l'appartenance à un gang, d'éventuelles blessures par balle déjà subies, le nombre d'interpellations passées, etc. Mais la nature exacte des critères et leur importance sont secrets et sujets à controverse. Contacté par l'AFP, le principal concepteur de l'algorithme, Miles Wernick, de l'Illinois Institute of Technology, n'a pas donné suite.Le résultat des combinaisons informatiques prend en tout cas la forme d'une base de données baptisée "Strategic Subject List", censée permettre de limiter les bains de sang dans une métropole gangrénée par les règlements de compte. Les détracteurs du système lui reprochent d'écorner les libertés publiques en stigmatisant la "tendance présumée à la violence" de quelques citoyens. La police justifie elle son instrument en assurant qu'il lui permet de concentrer ses efforts sur les personnes potentiellement dangereuses, qui sont souvent également les plus menacées de mourir."Chicago est parmi les grandes villes américaines celle qui est la plus divisée sur le plan racial et celle qui a le problème de gangs le plus grave et le plus durable", souligne à l'AFP David Kennedy, du John Jay College of Criminal Justice de New York.- Fusillades quotidiennes-Depuis début 2016, les armes à feu y ont déjà fait environ 250 morts et 1.150 blessés. La grande majorité de ces victimes figuraient sur la fameuse liste. "Nous endurons beaucoup de violences à Chicago, mais nous savons aussi qu'elles sont le fait d'un petit segment de la population", a récemment déclaré Eddie Johnson, le nouveau chef de la police de la métropole de 2,7 millions ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant